Quand les communistes voulaient stopper l'immigration

le
0
Le patron du Parti communiste français Georges Marchais lors d'un meeting à Paris, en janvier 1981.
Le patron du Parti communiste français Georges Marchais lors d'un meeting à Paris, en janvier 1981.

Les communistes d'aujourd'hui et d'hier se sentent "insultés" par la comparaison entre Marine Le Pen et le PCF des années 1970 qu'a osée le président François Hollande au cours de ses deux heures de direct sur Canal+ ce dimanche. Marine Le Pen parle "comme un tract du PCF des années 1970" : cette formule lâchée par le président a suscité la colère sur sa gauche. Le numéro un communiste, Pierre Laurent, est allé jusqu'à exiger "des excuses publiques" et oppose au chef de l'État une union de la gauche jadis victorieuse en 1981.

Mais quelles étaient vraiment les déclarations du Parti communiste dans les années 1970, dirigé alors par Georges Marchais (1972-1994) ? Sont-elles similaires à ce que peut dire Marine Le Pen, actuelle chef du Front national ? Par exemple, en février 2014, à propos du vote suisse contre "l'immigration de masse", la patronne des frontistes explique : "Sur le terminal méthanier de Dunkerque, il y a 40 % de travailleurs qui sont des étrangers et par conséquent il y a 40 % de salariés qui pourraient être français sur ce terminal et qui ne le sont pas. Je considère que ça doit être combattu", avait alors déclaré Marine Le Pen, ajoutant : "Quand on est en crise économique, il faut donner la priorité d'accès à l'emploi à nos compatriotes."

Stopper l'immigration

Le Point.fr est donc allé fouiller dans les archives INA des discours et interviews de Georges Marchais. Elles révèlent que François Hollande s'est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant