Quand les ados américaines rêvent d'un vagin "design"

le
0
Longtemps, ce type d'opération est resté limité aux femmes qui avaient de vrais problèmes médicaux.
Longtemps, ce type d'opération est resté limité aux femmes qui avaient de vrais problèmes médicaux.

Elles sont tellement nombreuses que le Collège américain des obstétriciens et des gynécologues sonne l'alarme. Il vient de publier des directives, demandant à ses membres de mettre en garde leurs patientes contre les dangers des labiaplasties, de les éduquer sur la grande variété de taille, de forme et de couleurs des organes génitaux féminins et de détecter l'existence de problèmes psychologiques, notamment la dysmorphophobie, un déséquilibre psychiatrique qui se traduit par une obsession des imperfections corporelles, réelles ou inventées. « Quand les adolescentes s'enquièrent d'un traitement médical, la première étape est souvent l'éducation et l'assurance qu'il existe des variations normales dans la croissance et le développement anatomique », déclare le texte. Et en aucun cas, ces opérations ne doivent avoir lieu avant la fin de la croissance.

Les médecins perplexes

Selon la Société américaine de la chirurgie plastique esthétique, 400 adolescentes âgées de 18 ans et moins ont subi en 2015 cette intervention, une hausse de 80 % par rapport à l'année précédente. Un nombre modeste, mais sans doute bien plus élevé, car les statistiques ne prennent pas en compte les opérations effectuées par les gynécologues. Les adolescentes représentent moins de 2 % des patientes en chirurgie esthétique, mais près de 5 % des labiaplasties dont le coût peut aller jusqu'à 7 000 dollars. Il y a même une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant