Quand l'armée américaine faisait de ses propres soldats des cobayes

le
1
L'armée américaine a utilisé des soldats noirs pour leur faire jouer le rôle de cobayes dans des expérimentations chimiques (photo d'illustration).
L'armée américaine a utilisé des soldats noirs pour leur faire jouer le rôle de cobayes dans des expérimentations chimiques (photo d'illustration).

L'armée américaine a elle aussi utilisé des chambres à gaz. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Pentagone a mené des expériences en enfermant ses propres soldats pour tester les effets du gaz moutarde et de la lewisite, un autre gaz encore plus toxique. NPR, la radio publique, vient de révéler qu'il ne s'agissait pas de n'importe quel soldat. Une partie des cobayes étaient noirs et portoricains, car les scientifiques voulaient savoir si les peaux sombres résistaient mieux aux armes chimiques. L'un des soldats, Rollins Edward, aujourd'hui 93 ans, raconte qu'avec une douzaine d'autres Afro-Américains, il a été enfermé dans une pièce avec un tuyau qui a déversé du gaz moutarde. "On avait l'impression d'être en feu. Les gars ont commencé à crier et à hurler et ont essayé de sortir. Certains se sont évanouis. Finalement, quand on nous a ouvert la porte et laissés sortir, les types étaient mal en point."

Quelque 60 000 soldats de la Navy et de l'infanterie ont été enrôlés dans ce programme ultrasecret qui a été mené dans une douzaine d'endroits. Parmi eux, des Américains d'origine japonaise sur lesquels les scientifiques voulaient tester l'effet des gaz au cas où une attaque chimique serait lancée sur le Japon. Les soldats n'avaient pas le choix et n'ont rien dit, car les officiers ont menacé de les expulser de l'armée ou de les mettre en prison. Comme cela s'est passé en secret, rien n'a été mentionné sur leur dossier...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le lundi 13 juil 2015 à 16:05

    belle democratie soumise au lobby militaro industriel : une dictature