Quand François juge Hollande

le
0
François Hollande fait le bilan de ses deux premières années de mandat sur le plateau de BFM TV mardi matin.
François Hollande fait le bilan de ses deux premières années de mandat sur le plateau de BFM TV mardi matin.

Pour François Hollande, ce rendez-vous devait être l'amorce de la reconquête du coeur des Français qu'il "aime". Il l'a redit au micro de BFM TV et de RMC mardi matin, dans des termes approchant ceux de son fameux discours du Bourget : "J'aime les Français, j'aime les gens, j'aime ceux qui sont dans une difficulté mais qui gardent espoir." En retour, il ne reçoit que sifflets, sondages catastrophiques et scepticisme virant à l'indifférence de la part de ceux qui l'ont élu, et à qui, à l'occasion des deux ans de son élection, il lâche ce conseil : "Je ne leur dis pas d'aimer le président de la République ou le gouvernement, je leur dis d'aimer la France." Jean-Jacques Bourdin soumet d'emblée à François Hollande la foule de constats qui s'imposent. "Aucun président n'a été aussi impopulaire, la déception est profonde, votre crédibilité envolée." En réponse, le chef de l'État, dans un face à face en plateau, admet qu'en tant qu'électeur de gauche, il "serait impatient". Et ajoute aussitôt : "Mais pas déçu." Le président s'accroche à sa critique de Nicolas Sarkozy, il répète la lourdeur de l'héritage. "La situation était grave", au moment de sa prise de fonction, rappelle-t-il, entre le déficit, la dette, la compétitivité en berne, la situation de la zone euro. "Échec" sur le chômage Au cours de la demi-heure d'interview, certains sujets ne sont même pas effleurés, comme les élections européennes du 25 mai. Une annonce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant