Quand des parents d'élèves recrutent un instituteur sur leboncoin.fr

le
2
Afin d'éviter un sureffectif après la fermeture d'une classe, les parents d'élèves d'une école de Concarneau ont décipé de s'emparer de la situation...
Afin d'éviter un sureffectif après la fermeture d'une classe, les parents d'élèves d'une école de Concarneau ont décipé de s'emparer de la situation...

Parmi la myriade de bonnes affaires du site leboncoin.fr, une singulière offre d'emploi attire l'oeil. "L'APE [association des parents d'élèves] de l'école du Rouz prend ses responsabilités et fait un appel à candidatures pour recruter, en CDD, un(e) contractuel(le) qui aura en charge une classe de maternelle (niveau à définir avec les enseignants en place) à partir du 2 novembre 2015."

À l'origine d'une telle initiative, la fermeture, à la rentrée 2015, d'une classe de maternelle d'une école de Concarneau (Finistère) et la suppression, par conséquent, d'un poste d'enseignant. Une décision surprenante, à l'heure où les effectifs augmentent, passant ici de 237 à 239 écoliers. Une situation qui a conduit les parents furibonds à adresser dès septembre un courrier au recteur et à l'inspecteur d'académie, ainsi qu'à la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem.

"On ira jusqu'au bout"

"On leur a laissé une dizaine de jours pour avoir une réponse, après quoi, on a décidé de se saisir du problème", raconte Régis Campion, le vice-président de l'association, au quotidien régional

Ouest-France

. Face au silence des intéressés, l'APE a jeté son dévolu sur le plus grand site de petites annonces en France. "On ira jusqu'au bout" en cas d'inaction des pouvoirs publics, ont menacé les parents. Comprendre : recruter et rémunérer eux-mêmes le candidat retenu si aucun...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le lundi 12 oct 2015 à 20:08

    Najatocratie : nouvelle définition de l'inefficacité...

  • M3182284 le lundi 12 oct 2015 à 19:59

    Il est temps de court-circuiter l'éducation nationale, technostructure qui ne pense qu'à consommer des ressources sans rien recracher si ce n'est delà médiocrité.