Quand des Américains demandent l'asile en Corée du Nord !

le
0
Dennis Rodman et Kim Jong-un le 1er mars 2013.
Dennis Rodman et Kim Jong-un le 1er mars 2013.

On connaissait "le syndrome de Paris" qui frappe de dépression les touristes japonais découvrant la saleté de Paris. Les psychiatres américains devraient se pencher sur un autre phénomène tout aussi étrange en nette recrudescence ces dernières semaines. "Le syndrome de Pyongyang", ou cette étonnante épidémie de citoyens américains tentant à tout prix de rejoindre le royaume totalitaire du dictateur nord-coréen Kim Jong-un. Mercredi, un jeune Américain a voulu gagner à la nage les lignes barbelées nord-coréennes en traversant le fleuve Han, dans la banlieue de Séoul. L'homme a été arrêté de justesse, vers minuit, par les militaires sud-coréens qui surveillent depuis leurs miradors la frontière la plus militarisée au monde. Ils l'ont sans doute sauvé d'un long séjour dans les geôles communistes. En effet, dimanche, c'est un jeune Californien, qui a été condamné par un tribunal nord-coréen à six ans de travaux forcés pour "actes hostiles" à la suite de son intrusion. Âgé de 24 ans, Matthew Miller était arrivé dans le royaume ermite avec un visa de touriste en avril. Il aurait déchiré son document de voyage et demandé bruyamment l'asile. "Je suis venu dans la République populaire démocratique de Corée pour trouver refuge", aurait crié le jeune touriste, avant d'être arrêté, selon la KCNA, l'agence officielle. Il voulait rencontrer le leader suprême Kim Jong-un Quel motif a pu convaincre ce jeune homme "bien sous tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant