Qu'est-ce qui fait (encore) courir Montebourg ?

le
0
Arnaud Montebourg a choisi de monter sur le mont Beuvray par la face nord, pour éviter les journalistes qu'il n'a retrouvés qu'au sommet.
Arnaud Montebourg a choisi de monter sur le mont Beuvray par la face nord, pour éviter les journalistes qu'il n'a retrouvés qu'au sommet.

Le vice-président d'Habitat va pratiquer la politique de la chaise vide. Arnaud Montebourg ne sera pas à Poitiers où se déroulera de vendredi à samedi le congrès du PS. Loin de ses camarades, l?ancien ministre de l?Économie tente de poser les bases de sa nouvelle vie. La politique active, c?est fini pour lui, il l?a dit et répété, partout, depuis son coup d?éclat de Frangy-en-Bresse fin août, qui lui coûta sa place au gouvernement.

Pas question de se faire oublier pour autant. Montebourg, le fantasque, envoie des cartes postales. Un jour, on apprend qu?il suit des cours d?économie à l?Insead, un autre, qu?il va donner des conférences à la prestigieuse université de Princeton. Un matin, on le découvre mannequin bénévole pour la marque de costumes made in France Smuggler.

Il rêvait de créer sa propre entreprise, mais les investisseurs potentiels se montrent craintifs ? Il signe chez Habitat, et s?engage au comité d?orientation de la société spécialisée dans l'ingénierie informatique Talan, sans pour autant renoncer à ses rêves d?entrepreneuriat. « Professionnellement, c?est compliqué. Tous ces mini-jobs ne font pas un boulot? », nous confie un ministre resté proche. « Il n?est plus du tout dans un mood politique, il s?aère, il fait autre chose », affirme son ex-soutien, le député des Français de l?étranger, Arnaud Leroy.

« Je n'ai plus de parti ! »

Bien que membre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant