PS, un cadavre presque à la renverse

le
1
Jean-Christophe Cambadélis, en mai. Le premier secrétaire du PS tente de reprendre la main en convoquant un conseil national extraordinaire le 24 juin.
Jean-Christophe Cambadélis, en mai. Le premier secrétaire du PS tente de reprendre la main en convoquant un conseil national extraordinaire le 24 juin.

Lundi matin, dans ce bel hôtel particulier de Solférino qui symbolise encore les riches heures du PS, Jean-Christophe Cambadélis ? éliminé dès le premier tour après cinq mandats de député ? est un peu énervé. Le bureau national qui se tient comme tous les lundis se déroule mal. La défaite de la veille est, on s'en doute, l'unique sujet du jour. Gérard Filoche, le trublion de la gauche du PS, éructe. Le PS, dit-il en substance, a perdu le fil de sa gauche avec Hollande. Le premier secrétaire et Julien Dray, notamment, ripostent à coups de références piochées dans le début des années 1970. Les jeunes membres du BN n'en croient pas leurs oreilles. Pis, ils n'y comprennent rien. « On avait l'impression qu'ils ressortaient des vieilles querelles du temps de l'OCI », peste un de ces jeunes socialistes qui n'a jamais baigné dans cette mouvance trotskyste. Marie-Noëlle Lienemann, de son côté, évoque les larmes aux yeux la mort de la SFIO, que risque de connaître à son tour le parti de François Mitterrand. Bref, ce lendemain de déculottée électorale, le PS se regarde mourir en se lamentant sur son glorieux passé.

Le parallèle est, il est vrai, inquiétant. En 1969, Gaston Defferre, candidat à la présidentielle de la SFIO, échoue lamentablement avec 5,01 % des voix. C'est la dernière élection à laquelle le vieux parti participe. Quelques mois plus tard, il est absorbé dans le Parti socialiste. Un peu plus de 46 ans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3379984 il y a 6 mois

    , cadavre exquis des surréalistes