Propreté à Paris : "Nous allons vers une verbalisation massive"

le
2
« La propreté à Paris, c'est 4 900 éboueurs, 690 conducteurs, 500 bennes et 500 engins... Pour un demi-milliard de budget annuel. »
« La propreté à Paris, c'est 4 900 éboueurs, 690 conducteurs, 500 bennes et 500 engins... Pour un demi-milliard de budget annuel. »

Le Point.fr : Les touristes font remarquer que la propreté des lieux qu'ils visitent laisse souvent à désirer...

Mao Peninou : Tout dépend de l'heure. Les sites à forte activité estivale font l'objet d'un dispositif intensif qui commence en avril et se termine en octobre. Nous y collectons plus souvent les déchets, passons plus souvent les machines, installons des urinoirs temporaires et décalons les horaires de travail des équipes de la ville de manière à maintenir un niveau de propreté tout au long de la journée. Les zones concernées sont le quai de la Tournelle, l'île Saint-Louis, la passerelle des Arts, les berges du 7e arrondissement, le Champ-de-Mars, le canal Saint-Martin, la place de République, le Trocadéro, Montmartre et le bassin de la Villette.

Malgré tout, Paris reste sale...

Nous sommes d'accord pour dire que c'est encore insuffisant. Pendant la campagne des municipales, Anne Hidalgo avait annoncé que la propreté serait une priorité. Nous allons présenter en novembre prochain un plan de renforcement de la propreté, qui tient compte des nouveaux comportements. La tradition à Paris, c'est le « grand coup de propre du matin », mais les nouveaux usages de la voie publique nous obligent à repasser plusieurs fois dans la journée. Les habitudes des touristes et des Parisiens dans les lieux publics ont changé : aujourd'hui, on...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 1 sept 2015 à 18:02

    Encore une manne à exploiter... Mais c'est vrai que Paris est sale.

  • bordo le mardi 1 sept 2015 à 17:55

    Verbalisations massives ! Rodomontades de fonctionnaires.