Professions réglementées : Manuel Valls défend les petits pharmaciens

le
1
Les pharmaciens sont en lutte contre un projet qui ne devrait pas voir le jour.
Les pharmaciens sont en lutte contre un projet qui ne devrait pas voir le jour.

Arnaud Montebourg, en voulant se payer les professions réglementées, a sans doute secoué le cocotier un peu fort. Du coup, Manuel Valls subit aujourd'hui une fronde des professions visées qui dépasse en ampleur la réalité des intentions réformatrices de son gouvernement. Lors des discussions internes avec le ministre de l'Économie, le Premier ministre avait, par exemple, pris la défense des petits pharmaciens des zones rurales et des banlieues. À ce moment-là, c'est-à-dire au début de l'été, le projet de loi n'était pas rédigé... ce qui n'avait pas empêché Arnaud Montebourg de promettre de rendre six milliards d'euros (*) de pouvoir d'achat aux consommateurs en tapant sur les professions réglementées.

"Attention aux petites pharmacies de province ou des banlieues, leurs propriétaires sont souvent endettés par-dessus la tête, avait prévenu Montebourg, prenant ainsi la défense de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales. Si vous leur expliquez, en plus, que leurs produits vont être vendus en grande surface, ils sont morts."

"Une pharmacie fait venir d'autres petits commerces" (Valls)

En fait, Manuel Valls faisait valoir son expérience de terrain en tant qu'ancien maire d'Évry. Il s'était battu, à l'époque, pour l'implantation d'une pharmacie place Jules-Vallès, dans la cité des Pyramides, dans sa ville. "Quand vous faites venir une pharmacie, d'autres petits commerces suivent. Donc les pharmacies sont importantes pour le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mardi 30 sept 2014 à 18:36

    Excellent. Les socialistes sont très, très bon. Résumons : ils se mettent à dos, les ouvriers, les familles, les professions libérales, les salariés, les retraités et leurs propres adhérents. Ils ne manquent plus que les fonctionnaires, çà vient. Les sondages sont truqués, Hollande est en popularité négative.