Procès Pistorius : l'heure du jugement

le
0
Oscar Pistorius en larmes au rappel des charges qui pèsent contre lui, lors de la lecture de son jugement.
Oscar Pistorius en larmes au rappel des charges qui pèsent contre lui, lors de la lecture de son jugement.

La juge Thokozile Masipa, qui doit décider seule du destin de l'athlète Oscar Pistorius, au terme de six mois de procès, a commencé la lecture de son jugement jeudi matin en revenant sur les quatre charges qui pèsent sur le champion paralympique : détention illégale de munitions, tirs dans deux lieux publics et meurtre. Assis dans le box des accusés, l'athlète est apparu la plupart du temps figé, le regard fixe, concentré sur la lecture à haute voix faite par la juge. À la lecture du rappel des charges, il a laissé s'écouler des larmes en silence. C'est par l'accusation de meurtre qu'a commencé la juge et, dès les premières minutes, elle a sérieusement remis en doute l'hypothèse d'un meurtre avec préméditation. Avant de conclure : elle ne retient pas la préméditation.>> Lire aussi Oscar Pistorius, l'épilogue

Les témoignages des voisins sont "faillibles"

Dès les premiers jours du procès, l'accusation a sorti ses meilleures cartes en appelant à la barre des voisins d'Oscar Pistorius. Ceux-ci ont raconté avoir entendu des cris d'homme et de femme "en détresse" puis des coups de feu dans la nuit. Pour le procureur, il ne fait aucun doute que ces cris sont le signe qu'une dispute a éclaté entre Oscar Pistorius et Reeva Steenkamp peu avant le drame. Avant que quatre coups de feu ne soient tirés à travers la porte des toilettes.

En reprenant la chronologie des événements, la défense affirme au contraire qu'il ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant