Prix du gazole: le scénario noir du patron des industries pétrolières

le
0

Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), le diesel pourrait se hisser à 1,80 euro en 2030. La remontée des cours du brut n'est pas le seul facteur de ce scénario. L'addition et l'augmentation des taxes sont aussi largement responsables.

Certes, les marges du raffinage se sont améliorées en 2015 - tandis que les prix du pétrole dégringolaient à une belle cadence - mais la situation actuelle ne présage pas d'une embellie durable. Pour Francis Duseux, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), le raffinage européen va même rester sous pression. Le dirigeant s'exprimait lors de la conférence de presse annuelle de l'Ufip: il a chiffré cet environnement difficile en indiquant que l'excédent de production de produits raffinés devrait atteindre six millions de barils par jour (mbj) à l'horizon de 2020. Dans cette perspective, Francis Duseux prévoit que «25 à 30 raffineries ferment quelque part dans le monde». Actuellement, on estime les surcapacités du raffinage en Europe à environ 15%.

Remontée encore plus forte due aux sous-investissements actuels

Sur le front des prix du pétrole, le message de l'Ufip est clair: les cours devraient repartir à la hausse à compter de la fin de l'année 2016. Francis Duseux évoque un rééquilibrage entre l'offre et la demande qui se traduira par «une évolution conséquente des prix». À l'horizon 2019-2020, l'Ufip évoque une remontée encore plus forte due aux sous-investissements actuels dans cette industrie. En 18 mois, le baril a perdu près de 75% de sa valeur. Cet effondrement a conduit de nombreux industriels à geler ou différer leurs projets d'exploration-production.

La hausse des cours à venir se répercutera à la pompe: quand Francis Duseux évoque la possibilité pour le gazole de grimper à 1,80 euro en 2030, il ne fait pas seulement référence à l'augmentation du brut mais bien aussi à l'addition et à l'augmentation des taxes. Le dirigeant met en garde contre un phénomène qui pèsera sérieusement sur «la compétitivité des entreprises et le pouvoir d'achat des Français».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant