Prix 2014 du menteur en politique : et les sélectionnés sont...

le
0
La mauvaise foi de Jean-Luc Mélenchon sur son absentéisme au Parlement européen lui vaut une nomination au prix humoristique du menteur en politique.
La mauvaise foi de Jean-Luc Mélenchon sur son absentéisme au Parlement européen lui vaut une nomination au prix humoristique du menteur en politique.

Le 8 février, on connaîtra le grand vainqueur, le politique qui aura marqué l'année 2014, à force de mensonges, d'enfumages et d'approximations. Créé à l'initiative du politologue Thomas Guénolé, le jury du prix est constitué de journalistes dont la spécialité est le fact checking politique. La récompense vise à "inciter la classe politique à moins mentir", peut-on lire dans un communiqué. Et cette année, les grands experts en la matière sont des figures bien connues de la scène nationale... Liste non exhaustive.

Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet

Les deux femmes se sont livré pendant plusieurs mois une lutte sans merci pour prendre les rênes de la mairie de Paris. C'est finalement la candidate PS, Anne Hidalgo, soutenue par Bertrand Delanoë, qui s'est installée à l'Hôtel de Ville de la capitale. Non sans avoir délivré quelques mensonges ou approximations. En mars, Anne Hidalgo avait ainsi accusé le vice-président EE-LV du Syndicat des transports d'Ile-de-France, Pierre Serne, d'avoir validé une commande de bus diesel. Totalement faux, avait répondu l'intéressé, réclamant sur Twitter qu'Anne Hidalgo revienne "sur son mensonge"...

Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas en reste. Dans une interview donnée au Figaro, la candidate UMP avait assuré qu'Anne Hidalgo voulait cumuler plusieurs rémunérations, dont des indemnités pour frais de bouche de l'ordre de 2 000 euros par mois, comme le rappelle Le Monde....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant