Primaires US : Que le plus riche gagne ?

le
1
Hillary Clinton a déjà levé 188 millions de dollars auprès de généreux donateurs. Donald Trump, lui, affirme s'autofinancer.
Hillary Clinton a déjà levé 188 millions de dollars auprès de généreux donateurs. Donald Trump, lui, affirme s'autofinancer.

Ce n'est vraiment pas une élection comme les autres. Traditionnellement, durant les primaires, un candidat s'appuie sur de gros bailleurs de fonds, comme George Soros ou Sheldon Adelson, le milliardaire à la tête d'un empire du jeu, qui injectent des millions dans sa campagne. Et plus la cagnotte est grosse, plus le candidat a des chances de l'emporter. Mais cette année, les grands bailleurs de fonds ne font plus la pluie et le beau temps. Ce qui les laisse pantois et un brin fumasses.

Prenez Jeb Bush, l'homme adoubé par le Parti républicain, dont on annonçait la victoire programmée à l'investiture. Dès le lancement de sa campagne, il a engrangé des sommes faramineuses en s'appuyant sur l'énorme réseau de son père et de son frère. En neuf mois, lui et ses alliés ont levé 157 millions de dollars, selon le New York Times. Rien qu'en janvier, le groupe Right to Rise a dépensé 34 millions pour le soutenir. Et pourtant, la semaine dernière, il s'est retiré piteusement de la course après sa débâcle en Caroline du Sud. Certains de ses riches donateurs ont aussitôt commencé à signer des chèques à ses anciens adversaires comme Marco Rubio. Mais d'autres ont apparemment mal digéré la disparition brutale de leurs précieux dollars et ont préféré arrêter temporairement les frais. "Je dois réexaminer ce que je comprends du processus et comment ça a fonctionné cette fois parce que c'est très différent des fois précédentes", a...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2687570 il y a 9 mois

    Sans espoir ! no future ! inégalités maximales et ultra violence, voici notre avenir, comme dans les films !