Primaire : Sarkozy face au casse-tête du calendrier

le , mis à jour le
1
Nicolas Sarkozy avait tout prévu. Puis la machine s'est enrayée.
Nicolas Sarkozy avait tout prévu. Puis la machine s'est enrayée.

"La politique, c'est une affaire de calendrier. » Combien de fois, au cours de sa carrière, Nicolas Sarkozy a-t-il martelé cela comme un mantra ? Au point que, depuis son retour sur le devant de la scène en septembre 2014, tout était réglé à la seconde près. Il lui fallait d'abord récupérer la présidence du parti. Ce fut fait le 29 novembre 2014. Il lui fallait ensuite se débarrasser du sigle « UMP », marqué au fer rouge par la guerre Copé-Fillon du côté politique, par l'affaire Bygmalion du côté judiciaire, par ce fichu sigle « UMPS », popularisé par Marine Le Pen, du côté symbolique. Ce fut réglé le 5 mai 2015, avec la naissance du parti « Les Républicains ». L'organisation d'une primaire pour 2017 venait d'être actée. Il fallait aussi enregistrer quelques succès électoraux, à faire valoir en temps voulu. Même sans gloire, Les Républicains ont remporté les régionales de décembre 2015. Construire l'image du rassembleur, du bâtisseur de projet (le vote sur le texte d'orientation du parti pour la présidentielle par les adhérents doit avoir lieu en avril), d'abord, pour rappeler en temps voulu qu'il est aussi une bête de campagne.

Mais la machine s'est vite enrayée. Ce consommateur compulsif d'études d'opinion sait bien que les sondages n'ont jamais décollé, que les Français plébiscitent toujours plus Alain Juppé et rejettent catégoriquement l'idée d'un match retour entre lui et François Hollande....

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    C'est foutu Nicolas, faut bien te le dire, les électeurs aiment les très vieux.......et Fillon est aussi populaire que Sarkozy. Bah on fera avec le quatrième âge, là au moins pas de scooter ni de julie.......au moins ça de gagné.