Primaire ou pas ? La question met le feu à gauche

le
0
François Hollande veut unir la gauche pour être certain d'être au second tour de la présidentielle de 2017. 
François Hollande veut unir la gauche pour être certain d'être au second tour de la présidentielle de 2017. 

Alors que la Ve République file vers son soixantième anniversaire (en 2018), va-t-elle voir un président en exercice se lancer dans une primaire en vue de sa réélection ? Tous les partis, à l'exception du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, ont accepté de rencontrer les initiateurs de l'appel à une « primaire des gauches et des écologistes ». Le PS et EELV les recevront jeudi. Ce mercredi, c'est Benoît Hamon qui sort du bois en se déclarant probable candidat : « Si les primaires ont lieu, je serai probablement candidat », a annoncé l'ancien ministre sur RMC et BFM TV, ajoutant néanmoins qu'il « ne sera(it) pas un acteur supplémentaire de la division ».

État des lieux des positions des différents partis composant la gauche vis-à-vis de ce processus, inédit dans le camp du président sortant.

EELV : pour avec condition

Initiateur de l'appel à une primaire, le député européen Yannick Jadot explique ne pas être « pour ou contre » la participation de l'actuel président de la République. « Le sujet, c'est : est-ce qu'il y a une dynamique, est-ce que lui-même considérera, s'il veut être candidat, qu'il a besoin de se relégitimer ? Nous considérons que oui », estime-t-il.

Mais Cécile Duflot est contre toute candidature de François Hollande à une primaire. Interrogée sur le refus de Jean-Luc Mélenchon de participer, elle a répondu que « personne ne doit prétendre...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant