Prêt-à-porter: les femmes n'ont jamais autant acheté à prix réduits

le
0

Près de la moitié des achats de mode féminine ont été faits en soldes et promotions au premier semestre de cette année, un niveau record.

Les femmes ont acheté en France pour 5,053 milliards d'euros de vêtements au premier semestre, soit 0,5 % de moins qu'il y a un an. Le budget moyen a baissé, passant de 183 à 180 euros. Et près de la moitié des ventes de prêt-à-porter féminin ont été réalisées au rabais. Plus précisément, 48,2 % du chiffre d'affaires de la mode féminine a été alimenté par des prix barrés, contre 43,8 % seulement sur la même période de l'an passé. C'est beaucoup plus que pour l'ensemble du prêt-à-porter (42,7 %). La récente suppression des soldes flottants n'a donc pas empêché les consommatrices d'acheter toujours plus de vêtements en soldes et autres promotions. D'autant plus que les soldes sont passés de 5 à 6 semaines depuis le 1er janvier 2015.

Cette forte hausse hisse les achats féminins au rabais à un nouveau niveau record, selon la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF), qui a publié lundi son bilan économique semestriel. «Nous notons une sensibilité accrue des femmes au rapport qualité prix, des choix plus stricts dans leurs achats», souligne François-Marie Grau, délégué général de la FFPAPF.

«Il faut sortir de cette logique»

Soucieuses d'économies, les femmes attendent les soldes et promotions non seulement pour investir dans des pièces coûteuses (manteaux, vestes), mais aussi et plus encore pour s'offrir des petites pièces de dessus. 53,6 % des sommes dépensées pour ces petits hauts tendance le sont en soldes et promotions. Daniel Wertel, président de la FFPAPF, estime que le marché reste «très perturbé par ces pratiques commerciales. Il faut sortir de cette logique selon laquelle les soldes seraient une grande fête, alors que c'est en réalité le grand enterrement de la marge», a-t-il encore dénoncé, plaidant pour que les soldes soient réformés et se tiennent plus tard dans la saison.

La part croissante des achats en ligne alimente aussi sans doute cette soif croissante de promotions, les vendeurs de mode du Web pratiquant encore plus de baisses de prix que ceux du commerce physique. Un peu plus de 16 % des dépenses de prêt-à-porter féminin ont été réalisées sur la Toile par les Françaises au cours des douze derniers mois, rappelle-t-on à la FFPAPF. Mais la part des articles de mode, homme, femme et enfant, vendus sur le Web à prix barrés a représenté 60 % du chiffre d'affaires réalisé en ligne au cours des douze derniers mois, selon l'IFM (Institut français de la mode).

Sur le Web, la mode reste en outre le secteur le plus prisé : 44 % des visiteurs ont acheté un produit de cette catégorie sur le semestre, selon la Fédération des entreprises de vente à distance.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant