Présidentielle en Grèce : un échec et des nouvelles incertitudes

le
1

En Grèce, le troisième tour de la présidentielle n'a rien donné. Les députés n'ont pas approuvé la nomination de Stavros Dimas. Le Premier ministre dispose de 10 jours pour dissoudre le Parlement et convoquer des législatives anticipées. Pourquoi un tel blocage ? Quelles conséquences pour le pays et pour l'Union européenne, qui suit cette période d'incertitude de très prés?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gevrais3 le mardi 30 déc 2014 à 10:25

    Nos gourvernements ont peur que çà fasse tâche d'huile... ?