Première alerte financière sur les régimes de retraite

le
9

Des hypothèses économiques trop optimistes pourraient cacher des déficits à venir, prévient le nouveau Comité de suivi des retraites.

Et si la réforme Touraine des retraites était, six mois après avoir été promulguée, déjà insuffisante? Le risque ne peut pas être exclu, prévient le tout nouveau Comité de suivi des retraites dans son premier avis remis au gouvernement ce mardi. Le document de 29 pages a été rédigé dans l'urgence. Les cinq membres du Comité créé par la réforme - deux économistes, une grande dirigeante du privé et des hauts fonctionnaires - n'ont été désignés que le 27 juin. Ils ne formulent donc pas, cette année, de recommandations. Mais alertent le gouvernement sur quelques sujets sensibles, en tout premier lieu sur les risques de dérapage des finances des retraites.

«Les hypothèses de croissance, tant à court, moyen et long terme prêtent, légitimement, à débat», observe le Comité. Les prévisions du gouvernement ont en effet été jugées «optimistes» en avril dernier par le Haut conseil aux finances publiques, rappelle-t-il. En particulier en matière d'emploi, auquel sont particulièrement sensibles les régimes de retraites financés par les cotisations salariales et patronales.

Par conséquent, les mesures de la réforme Touraine des retraites - hausse des cotisations salariale et patronale - et du plan d'économies de 50 milliards d'euros de Manuel Valls - gel des pensions pendant un an - ne suffiront que si ces conditions macroéconomiques, jugées un peu trop roses aux yeux des experts, sont remplies. Dans le vocable policé et prudent du Comité, cela donne: «la trajectoire de retour à l'équilibre financier d'ici 2020 reste accessible, sous réserve de la réalisation des prévisions macroéconomiques retenues dans le cadre du programme de stabilité»... Trajectoire accessible, mais d'autant moins garantie que la croissance pour 2014 devrait selon toute probabilité d'ores et déjà être revue à la baisse d'ici la fin de l'année. Et le Comité de conclure: «les aléas de la croissance demeurent le principal défi auquel est confronté le système, défi auquel il conviendra d'apporter des réponses.»

Le Conseil d'orientation des retraites doit fournir d'ici la fin de l'année de nouvelles projections financières des régimes de retraites actualisés avec les dernières données économiques, qui seront moins bons que prévus. Autant dire que cela augure de mauvaises nouvelles.

La «contrainte» des retraites de fonctionnaires

Surtout, ces prévisions financières ne concernent pas les régimes de retraites des fonctionnaires, dont le déficit est épongé automatiquement par l'État. Ce sujet avait d'ailleurs été soigneusement écarté durant les débats sur la réforme des retraites. Le Comité de suivi le remet sur le tapis. La subvention publique «est intégrée dans les prévisions de dépenses de l'État à moyen terme mais crée une réelle contrainte». Contrainte qui ne devrait se desserrer qu'en 2030. Le Comité ne se risque pas à formuler des solutions pour alléger cette «contrainte» qui a représenté 37,4 milliards d'euros en 2013. Il suggère toutefois que les régimes du privé et du public pourraient être davantage rapprochés via un alignement des avantages familiaux versées aux parents de plus de trois enfants et les pensions de réversion versées aux veuves. Le gouvernement doit justement remettre prochainement un rapport sur le sujet.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ROUDIL-D le lundi 28 juil 2014 à 15:45

    COMITE DE SUIVIE DES RETRAITES...J'avais cru lire " COMITE DE SURVIE "

  • M6860185 le lundi 28 juil 2014 à 11:41

    retraite fonctionnaires, il est d'usage de faire passer un échelon supplémentaire la dernière année. ça ne coute pas cher au budget, puisqu'on remplace ensuite le fonctionnaire, par contre le retraité aura un petit supplément bien mérité bien sur. Entre collègues, on se soigne. Donc passer comme pour le privé à une moyenne sur les 25 années. ça prendra en compte le début de carriére aussi.

  • launor le mardi 22 juil 2014 à 11:02

    comment capitaliser lorsque 50% du salaire net sert à payer les retraites de ceux qui ont cotisé précédemment et n'ont donc pas capitalisé ?Quand au rendement de la capitalisation les assureurs ne feront pas de miracle avec les taux actuels.

  • paspil le mercredi 16 juil 2014 à 22:17

    ne parlons pas des retraites dans les dom tom pour nos chers fonctionnaires

  • supersum le mercredi 16 juil 2014 à 09:18

    Les fonctionnaires et autre vont comprendre combien coute une retraite et que ce n'est pas à la société de la payer, ceux qui capitalisent l'ont compris depuis longtemps

  • heimdal le mardi 15 juil 2014 à 22:14

    La pyramide de Ponzi s'effonfre .

  • balourme le mardi 15 juil 2014 à 20:22

    Si on pouvait éviter les comparaisons simplistes...La retraite ne peut être isolée des autres éléments qui caractérisent la situation globale des salariés et des fonctionnaires, notamment le système de rémunération qui est d'une conception totalement différente (relativement faible en début de carrière, le traitement du fonctionnaire progresse régulièrement avec l'ancienneté).

  • troteldo le mardi 15 juil 2014 à 18:58

    On pourrait donc économiser plus de 25 % sur les retraites versées aux fonctionnaires !!! Comme le privé, la fonction publique passerait aux 25 meilleures années.

  • troteldo le mardi 15 juil 2014 à 18:54

    Pour les fonctionnaires, il faudrait calculer la pension sur les 25 meilleures années de salaire et non plus les 6 derniers mois ! Ce serait très efficace ! Un fonctionnaire touchant en fin de carrière 2500 euros nets peut avoir actuellement une pension de 1600 euros à 62 ans s'il a débuté à 23 ans. Avec le passage aux 25 meilleures années, sa pension passerait à ... 1200 euros ! Et cela sans régime complémentaire puisque cela n'existe pratiquement pas dans la fonction publique (ou ridicule).