Pourquoi les prix de l'immobilier suédois ne cessent de grimper

le
2

Si habiter à Stockholm avec vue sur la Mer Baltique peut tenter, dénicher un logement en pays Viking nécessite beaucoup d'argent et de patience. Car les prix atteignent des sommets.

Si le coût de la vie en Suède est équivalent à celui de la France, il n'en est pas de même pour obtenir un logement. Pour louer un appartement de 60 mètres carrés à Stockholm, il faut débourser près de 2000 euros... par mois, si ce n'est plus! Un loyer qui représente plus du double du salaire mensuel moyen.

Différents facteurs expliquent ce phénomène. Le pays lapon de 9 millions d'habitants doit avant tout affronter une pénurie de logements. De fait, le prix des appartements a augmenté de 8% sur un an en 2013. Trouver un appartement relève de l'endurance physique et financière.

Mais il s'inscrit également dans un marché locatif et d'accès à la propriété très réglementés. «Le marché locatif ne fonctionne pas», explique Christophe André, économiste spécialiste de la Suède à l'OCDE. «Il faut s'inscrire sur des listes d'attente». Et si vous voulez construire un petit châlet au bord du lac Värnen, comptez plusieurs années pour obtenir le permis de construire. Pour accéder à la maison de leurs rêves, les Suédois n'hésitent donc plus à emprunter des sommes astronomiques et sur le long terme.

Le risque d'une bulle immobilière

Les Suédois bénéficient en effet de taux d'intérêt bas sur les emprunts immobiliers. Et donc ils n'hésitent pas à s'endetter...jusqu'à la mort! 40% des emprunts s'effectuent sur une durée de cinquante ans et plus. Ils bénéficient aussi d'une déduction fiscale avantageuse sur les intérêts d'emprunt.

«La dette des ménages a donc littéralement explosé et représente 170% du revenu disponible», indique Christophe André. La situation inquiète le Fond Monétaire International (FMI) qui a demandé au gouvernement de centre droit de réglementer le marché. Mais le risque d'une bulle immobilière reste à relativiser pour la Banque centrale suédoise, pour laquelle les ménages sont en capacité de rembourser.

La nécessité de restructurer le marché

Et la réaction gouvernementale ne s'est pas faite attendre. Le ministre des Finances veut encourager les Suédois à éponger rapidement leur dette. «Mais le gouvernement n'a aucune intention de réguler les prix sur le marché immobilier», précise Arvid Wallgren, conseiller au ministère des Finances.

«Plus qu'une réglementation des prêts, sur la durée et le montant, la Suède a besoin d'une grande réforme sur le fonctionnement de son marché immobilier. Cela faciliterait la stabilité financière», conclut Christophe André. Car la construction de maisons scandinaves ne semble par l'ordre du jour.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gixermil le jeudi 10 juil 2014 à 14:19

    en effet, Paris 60M2 on est au moins à 1500€.salaire moyen (suédois 2900€) contre revenu médian (France 1680€) . compliqué de comparer des choux moyens (le tout divisé par la qté) avec des carottes médianes (50% gagnent moins que 1680€, 50% gagnent plus que 1680€)

  • faites_c le lundi 7 juil 2014 à 10:10

    "Pour louer un appartement de 60 mètres carrés à Stockholm, il faut débourser près de 2000 euros... par mois". Et à Paris ou Londres, il faut débourser combien pour cette surface? C'est marrant mais sur Internet, on trouve des chiffres du même ordre de grandeur voir supérieur! Autre fait surprenant, le salaire moyen en Suède serait de 1000 €/mois soit quasi 2 fois moins qu'en France ou il est de 1680 € (retraités compris)! Le chiffre est bidon, le salaire moyen suédois était de 2900 € en 2010!