Pourquoi les Français boudent les colonies de vacances

le
0

La fréquentation des colonies de vacances ne cesse de baisser depuis 1995. Une désaffection qui s'expliquerait par des coûts trop élevés et un manque de confiance dans les accompagnateurs.

Bien que plus de trois quarts des Français aient une bonne opinion des colonies de vacances, ils y ont de moins en moins recours pour les vacances de leurs enfants. Un sondage Ifop pour Jeunesse au plein air* dévoile que ce désamour serait dû à un coût financier trop important et à un manque de confiance dans le personnel encadrant. D'après l'étude, les Français sont pourtant 76% à avoir une bonne opinion des colonies de vacances et ce pourcentage atteint 85% pour les parents y ayant déjà envoyé leur enfant.

L'enquête révèle également que les parents sont 90% à estimer que les colonies de vacances laissent aux enfants des souvenirs «inoubliables». Au-delà de son aspect divertissant, les parents sont 85% à voir dans la colonie de vacances un moyen pour des enfants de différents milieux sociaux de vivre ensemble. Ils sont également plus de la moitié à penser que les colonies de vacances permettent à l'enfant d'apprendre la vie en collectivité.

Une fréquentation en baisse

Reste que cet enthousiasme pour les colonies de vacances ne s'observe pas dans les chiffres. Un rapport parlementaire datant de 2013 avait montré que la fréquentation des colonies de vacances ne faisait que baisser depuis le pic atteint en 1995. D'après le ministère de la Jeunesse, le nombre d'enfants ayant participé à une colonie de vacances est passé de 1,3 million sur la période 2014-2015 contre 1,5 millions en 2008.

D'après l'étude, les principaux freins identifiés par les parents concernant les colonies de vacances sont, pour 59% d'entre eux le coût financier du séjour «Les personnes qui envoient leurs enfants en colonies font souvent partie de la classe moyenne, ils n'ont pas forcément les moyens» explique Jean Viard, sociologue et ancien directeur de recherches CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) . Pour 57%, le manque de confiance dans le personnel accompagnant. Ce déficit de confiance peut s'expliquer par les récentes affaires de pédophilie.

Enfin, la mixité sociale, pourtant valorisée par les parents, semble être aussi un frein pour certaines familles. «On retrouve un peu le phénomène des ‘quartiers' dans les colonies de vacances» constate Jean Viard. Il considère également que «les gens ont tendance à avoir un sentiment illégitime d'insécurité vis-à-vis des colonies de vacances».

*Sondage mené auprès d'un échantillon de 1.509 personnes de plus de 15 ans (méthode des quotas), par internet du 23 au 25 mai.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant