Pourquoi les écolos ne sont-ils pas entrés au gouvernement ?

le
0
Il y avait de la place pour un ministre et un secrétaire d'État écolo dans le gouvernement Valls II, raconte Jean-Vincent Placé.
Il y avait de la place pour un ministre et un secrétaire d'État écolo dans le gouvernement Valls II, raconte Jean-Vincent Placé.

"Les conditions pour la participation d'écologistes ne sont pas réunies." La formule, tweetée par Jean-Vincent Placé pour mettre fin au suspense, mardi soir, est un peu courte. De quelles conditions le négociateur en chef des écolos parle-t-il ? De gages écologiques non obtenus ? Comme l'abandon de Notre-Dame-des-Landes ? C'est en tout cas ce qu'avançait mercredi matin, sur Europe 1, Daniel Cohn-Bendit. Selon lui, Manuel Valls a dit à Jean-Vincent Placé : "Cet aéroport, on ne le fera pas, mais on ne peut pas le dire pour ne pas froisser Jean-Marc Ayrault."REGARDEZ Daniel Cohn-Bendit : Le président du groupe EELV au Sénat, le seul à avoir traité en direct avec le Premier ministre et le président de la République, ne confirme pas. Il assure, en revanche, que ce n'était pas un problème de postes. "Il y avait de la place pour un ministre et un secrétaire d'État écolo", raconte Jean-Vincent Placé. Un ministère de l'Économie verte aurait été créé pour lui et un secrétariat à l'Écologie aurait été confié à François de Rugy ou à Barbara Pompili (présidents de groupe EELV à l'Assemblée). Alors, où était le problème? Le sénateur de l'Essonne, qui insiste sur le climat "amical et respectueux" des discussions, avance l'inflexibilité du gouvernement sur la ligne politique. "Ils n'ont pas voulu bouger la ligne, c'était trop étroit pour nous d'entrer", tente-t-il d'expliquer. Alors que certains camarades de son courant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant