Pourquoi la ligne TGV Paris-Brest est la moins chère de France

le , mis à jour à 15:45
4

INFOGRAPHIE - À l'inverse le prix au kilomètre de la ligne Lille-Londres est le plus élevé, selon l'UFC-Que Choisir. Le tarif est une des sources de mécontentements des usagers de la SNCF qui sont de moins en moins nombreux à se dire satisfaits de la compagnie ferroviaire.

«Ce n'est pas la distance qui fait le prix des billets de TGV. La tarification au kilomètre du train a été abandonnée depuis des années par la SNCF», indique Arnaud de Blauwe, rédacteur en chef de l'UFC-Que Choisir. L'association de consommateur a ainsi comparé les tarifs au kilomètre des lignes de TGV «pour montrer qu'il y a de grandes différences entre les prix pratiqués par la société de chemin de fer». L'étude compare les prix des billets de 80 liaisons en TGV pour un passager de plus de 25 ans et moins de 60 ans en seconde classe, sans réduction et en période de pointe.

La palme du prix le plus bas revient au trajet Paris-Brest avec un tarif au kilomètre de 0,08 euro. Le trajet Perpignan-Aix-en-Provence-Marseille détient le deuxième record à 0,09 euro le kilomètre. Juste derrière, on trouve la ligne Lille-Marseille à 0,10 euro. À quelques exceptions près, les trajets au départ de Paris coûtent plus cher que ceux qui desservent uniquement la province avec en moyenne un prix de 0,18 euro par kilomètre. Les trajets Paris-Calais ou Paris-Bruxelles coûtent 0,23 euro par kilomètre et figurent ainsi parmi les trajets les plus onéreux.

Mais ce sont les liaisons internationales qui sont les plus coûteuses avec un coût moyen de 0,30 euro au kilomètre. Ainsi, la ligne la plus chère est celle qui relie Lille à Londres à 0,32 euro du kilomètre, un prix élevé qui s'explique aussi par les coûts d'exploitation du tunnel sous la Manche.

La durée du trajet influence également son prix. Ainsi, les trajets les plus courts sont également les plus chers au kilomètre. Le trajet Paris-Reims qui dure 48 minutes est facturé 0,31 euro au kilomètre, le trajet Lille Bruxelles dure 43 minutes et coûte lui 0,27 euro par kilomètre, tout comme un trajet Paris-Tours qui dure 1h22. À l'inverse, le voyageur déboursera seulement 0,10 euro pour faire un Lille-Marseille, ou un Lille-Aix en Provence, un Paris-Toulon ou encore pour relier Le Mans à Quimper.

«Il y a des dépenses incompressibles que vous fassiez un kilomètre ou 100 kilomètres, ce qui explique que les petites distances soient plus coûteuses», explique Arnaud de Blauwe. «La SNCF continue à payer des péages qui sont variables en fonction des lignes, des coûts d'exploitation qui jouent également sur les prix. Les tarifs de la SNCF tiennent également compte de la concurrence. Sur les trajets de 3 heures et plus, l'usager hésite à prendre l'avion, la compagnie se doit donc de proposer des tarifs plus compétitifs, comme sur le Paris-Marseille qui a gagné d'importantes parts de marchés». L'objectif de l'étude est également «de montrer que la SNCF ne dit pas tout sur ses prix. Le taux de remplissage a également un impact sur les tarifs et il est très difficile de connaître les quotas de places réservées aux prix réduits dans les trains». L'association constate notamment que sur les 80 parcours comparés, les tarifs Prem's (billets à petits prix) n'étaient disponibles que pour 17 d'entre eux.

Pourtant le groupe souligne qu'aujourd'hui «80% des voyageurs bénéficient de tarifs réduits. La SNCF indique ainsi qu'en moyenne, en incluant ces promotions, le coût du kilomètre en TGV est de 10 centimes d'euro». La compagnie se targue ainsi de proposer «70% des petits prix, à moins de 29 euros, sur des offres longues distances, alors que le groupe ne couvre que 10% des trajets longue distance». Le groupe est toutefois conscient que les nombreuses promotions et sa politique de «prix personnalisés» créent de la confusion auprès des usagers.

Les usagers de la SNCF de moins en moins satisfaits

Une complexité sanctionnée par les voyageurs. Selon une enquête de satisfaction réalisée par l'UFC-Que Choisir, seuls 28% des voyageurs sont «satisfaits» de la clarté de l'offre et 36% seulement plébiscitent le rapport qualité-prix des TGV. Et, selon l'enquête de l'association de consommateurs, la «satisfaction» des usagers tend à se dégrader.

Globalement, les passagers des TGV, TER, Transilien et intercités ne sont plus que 54% à se dire satisfaits de la compagnie ferroviaire, un chiffre en baisse de 4 points par rapport à la même étude réalisée deux ans auparavant, selon l'UFC-Que Choisir.

Outre les inégalités de prix, d'autres sources de mécontentement font plonger la satisfaction des usagers de la SNCF comme le manque de ponctualité des trains. La SNCF dit aujourd'hui mettre l'accent sur la ponctualité des clients et explique certains retards par les gros travaux actuellement menés sur le réseau. Les usagers les moins satisfaits sont en outre ceux qui utilisent les trains de banlieue. Là encore la SNCF affirme que de grands travaux sont en cours afin d'améliorer le quotidien des usagers. «Mais les passagers ont un jugement très sévère vis-à-vis de la SNCF avec qui ils entretiennent un rapport de “je t'aime moins non plus” et ils sont très exigeants vis-à-vis de la société publique», avance Arnaud de Blauwe.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vivinfo le jeudi 19 fév 2015 à 16:08

    Paris- Rennes en ligne TGV à 320km/h et 1h25 au lieu de 2h03, ce sera en 2017 : pour l'instant, c'est Paris - Le Mans en 50 minutes à 300 km/h et à partir du Mans vers Rennes et Brest, c'est le tortillard (ce n'est pas une ligne TGV)@ faites_c : oui mais le TGV permet d'éviter d'acheter une voiture pour on vire l'amortissement de la voiture...20 euros le Paris-Rennes, c'est moins cher que le seul péage (29 euros environ) sasn parler du carburant, de l'entretien de la voiture

  • faites_c le jeudi 19 fév 2015 à 15:08

    Juste pour le fun : une voiture qui fait du 5 litre/100 km avec un super à 1.35 € revient à ... 6.7 centimes du km. Avec 2 passagers, vous êtes à moins de 4 centimes du km mais la SNCF continue à clamer que le train est le transport le plus économique qui soit! On va me rétorquer que je compte pas l'amortissement du véhicule! Oui au détail prêt que l'amortissement ne se compte pas en km mais en jours! Que le véhicule roule ou pas vous l'amortissez tous les jours!

  • le-brisc le jeudi 19 fév 2015 à 13:07

    En encore, je ne sais pas ce qu'il en est maintenant mais à une époque, Paris-Rennes était TGV que jusqu'à Le Mans...«Il y a des dépenses incompressibles que vous fassiez un kilomètre ou 100 kilomètres ce qui explique que les petites distances soient plus coûteuses»: c'est surtout que sur les plus longues distances, ils se retrouvent en concurrence avec l'avion et ils ne peuvent pas tout se permettre!

  • slivo le jeudi 19 fév 2015 à 12:59

    Il n'y a pas de TGV paris - brest mais un TGV paris-rennes; ensuite c'est un train "normal", lent, très lent . . .