Pour ses 123 ans, le premier HLM de France rouvre ses portes

le
0

Après une longue période de rénovation et à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, le tout premier logement social de France rouvre ses portes. Direction Saint-Denis, à côté de Paris.

La Ruche, c’est tout un pan de l’histoire industrielle de la région parisienne. Ces 66 logements ont été les premières «habitations à bon marché» de Saint-Denis, ancêtres du logement HLM en France. Construites en 1893 à l’initiative du député Jules Siegfried et du juriste Georges Picot, elles visaient à loger les ouvriers des usines. Pour célébrer son anniversaire et à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, la résidence ouvrira ses portes samedi pour la première fois. L’occasion de se remémorer l’histoire de ce lieu et de cette innovation sociale.

«Dans les années 1890, les conditions de logement étaient épouvantables: seuls 1% des logements étaient décents, les 2/3 n’avaient pas l’eau courante et la salle de bains n’existait que chez la grande bourgeoisie», rappelle l’historien Patrick Kamoun. «Les ouvriers vivaient, et bien souvent travaillaient, dans une pièce commune insalubre», et les maladies proliféraient. «Grâce aux photos d’époque, nous avons redonné leur identité à ces bâtiments en béton de mâchefer. Ce matériau économique et écologique avant l’heure était fabriqué à partir de gravats», explique à l’AFP l’architecte Hervé Rabault de l’atelier Créa, qui a supervisé les travaux. Ainsi lorsque La Ruche voit le jour, avec «eau et gaz à tous les étages» et WC dans chaque logement, pour loger les plus modestes - cheminots, journaliers, ouvriers des usines d’électricité - «c’est une avancée sociale phénoménale».

Un objectif moral pour les habitants de l’époque

Pour la droite chrétienne de l’époque, le logement est plus une question morale que sociale: il convient d’améliorer les conditions de vie des ouvriers pour les détourner de l’alcool et l’oisiveté - d’où le nom de La Ruche, évoquant «le tempérament laborieux, paisible et sociable» souhaité pour ses locataires.

Encore sous le choc des révoltes ouvrières de la Commune de Paris en 1871, la classe dirigeante veut inciter les ouvriers à devenir propriétaires, car «celui qui possède ne veut pas abattre l’ordre existant», selon Jules Sigfried. «Mais à La Ruche, il n’y a pas eu d’accession sociale: les employés qui pouvaient acheter, ne voulaient pas vivre avec les ouvriers, ils se seraient sentis déclassés», explique M. Kamoun. De fait, la cité-jardin duplique la hiérarchie de l’atelier: chefs d’équipes et contremaîtres se voient attribuer un pavillon, les jeunes ouvriers vont dans l’immeuble collectif.

Les locataires se sentent chez eux dans ces logements très sociaux, «deux fois moins chers que les logements sociaux produits aujourd’hui: le F1 est à 255 euros et le F3 à 364 euros, charges comprises», souligne Dominique Demay, directeur territorial du bailleur social Antin résidences, qui gère La Ruche, rénovée pour 3,2 millions d’euros.

Parmi eux, Jean Labaune, 82 ans, a emménagé avec ses parents en 1935. «Ca fait un petit bail. Je suis le plus ancien», dit-il avec fierté, encore ému au souvenir du bombardement du 21 avril 1944 qui mit le feu au pavillon voisin. «C’est mon nid ici, j’ai tous mes repères». Et par respect pour les locataires âgés comme lui, les travaux de rénovation ont été menés à un rythme paisible, sans déplacer quiconque.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant