Pour l'Unesco, le monde a tardé à réagir au "nettoyage culturel"

le
0
LA DIRECTRICE GÉNÉRALE DE L'UNESCO PARLE DE "NETTOYAGE CULTUREL"
LA DIRECTRICE GÉNÉRALE DE L'UNESCO PARLE DE "NETTOYAGE CULTUREL"

par James Mackenzie

KABOUL (Reuters) - En déplacement à Kaboul, la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, a estimé que la communauté internationale ne s'était pas encore dotée de la réponse adéquate aux destructions délibérées de sites antiques.

Dans une interview accordée à l'agence Reuters, elle ajoute qu'il a fallu du temps pour que les dirigeants de la planète prennent conscience du "nettoyage culturel" auquel se livrent les islamistes armés en Syrie ou au Mali.

"Je dois dire qu'au début de la crise syrienne, nous n'avons pas été pris suffisamment au sérieux lorsque nous avons commencé à dénoncer ces destructions", explique l'ex-ministre bulgare des Affaires étrangères.

"Aujourd'hui je pense que les gens voient quel est le danger. Je sais que cela n'est pas facile, mais chacun prend aujourd'hui au sérieux la destruction du patrimoine et de la culture, comme une composante de cette stratégie extrémiste. C'est probablement même la plus visible de toutes", ajoute-t-elle.

Il y a quinze ans, les taliban afghans ont fourni l'une des illustrations les plus spectaculaires de cette volonté d'anéantir les traces de cultures ou de religions différentes en détruisant les Bouddhas géants de la vallée de Bamiyan.

Avec la destruction des mausolées de Tombouctou par les djihadistes maliens en 2012 puis le dynamitage l'an dernier de ruines antiques de la cité syrienne de Palmyre par les combattants de l'organisation Etat islamique, le menace s'est rapprochée.

Mais la directrice générale de l'Unesco note que la communauté internationale cherche encore les moyens de répondre à ces agressions. "Un phénomène d'un nouveau type émerge et nous cherchons une réponse", dit-elle.

Adoptée en février 2015, la résolution 2199 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les moyens de lutter contre le financement des entités terroristes en Irak et en Syrie a condamné "les destructions du patrimoine culturel" et visé spécifiquement le trafic et "le commerce des biens culturels irakiens et syriens et des autres objets ayant une valeur archéologique, historique, culturelle, scientifique ou religieuse".

La Cour pénale internationale (CPI) de La Haye s'est elle aussi saisie du sujet en organisant le procès d'un islamiste, Ahmad al Faqi al Mahdi, pour son rôle dans la destruction de sites religieux à Tombouctou. Il est la première personne à répondre devant la justice pour une affaire de destruction du patrimoine culturel de l'humanité.

Irina Bokova a signé vendredi à Kaboul un accord avec le gouvernement afghan sur la création d'un fonds de financement pour la préservation des identités culturelles et nationales et la promotion du secteur culturel.

Dans un pays aux multiples ethnies où plus de 30 langues et dialectes sont en usage, et qui vit en outre au rythme de la guerre depuis plus de quarante ans, la notion d'identité culturelle reste très floue. "Je ne dis pas que c'est facile, répond Bokova, mais c'est nécessaire et nous devons bien commencer quelque part."

(Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant