Pour François Hollande, 2016 sera l'année-clef pour le chômage

le
15
POUR FRANÇOIS HOLLANDE, 2016 SERA L'ANNÉE-CLEF POUR LE CHÔMAGE
POUR FRANÇOIS HOLLANDE, 2016 SERA L'ANNÉE-CLEF POUR LE CHÔMAGE

PARIS (Reuters) - François Hollande, qui a fait de la baisse du chômage un critère-clef d'une éventuelle candidature à sa propre succession en 2017, a estimé que celle-ci devrait intervenir dès 2016 pour être crédible et s'accompagner d'une reprise de la croissance.

Le chômage est resté quasi stable en juin en France, la baisse du nombre de jeunes inscrits à Pôle Emploi, après trois mois consécutifs de hausse, permettant de compenser la progression des autres catégories d'âge, selon les chiffres publiés lundi par le ministère du Travail.

Lors du dîner annuel de l'Association de la presse présidentielle, le chef de l'Etat a estimé que ces chiffres constituaient un "tassement" dans la progression du chômage et reflétaient les effets de la reprise économique constatée au premier semestre 2015.

Mais celle-ci n'est pas assez forte pour inverser la courbe du chômage durablement, a-t-il admis.

"C'est à partir d'une reprise sans doute plus forte de la croissance, notamment, au second semestre qu'il sera possible d'atteindre l'objectif de la baisse durable du chômage."

Il a reconnu que cela constituait une forme de pari sur l'avenir et sur les mesures prises par son gouvernement pour soutenir l'activité et l'emploi.

UN QUINQUENNAT "PLEINEMENT UTILISÉ"

"Je peux avoir mon espérance que la courbe du chômage s'inverse d'ici 2017 (...) suffisamment à l'avance pour que ce soit crédible. Mais il y a tellement d'aléas qu'il y a forcément un pari, (...) un risque. Je l'assume", a-t-il dit.

François Hollande a réaffirmé qu'il ne pourrait pas y avoir "crédibilité" d'une candidature de sa part s'il n'y avait pas de résultat sur ce front.

"Le quinquennat, c'est jusqu'en mai 2017 mais une élection présidentielle commence avant", a-t-il fait valoir. "Donc c'est en 2016 que cette baisse crédible doit apparaître et elle doit être suffisamment longue et répétée."

"Il faut qu'il y ait une baisse du chômage tout au long de l'année 2016 permettant de faire un choix dans le cadre d'une campagne présidentielle possible et qui n'est pas aujourd'hui à l'ordre du jour", a-t-il ajouté.

Etre le président le plus impopulaire de la Ve République n'empêche par d'agir "avec une grande liberté" et le quinquennat doit être "pleinement utilisé", a-t-il aussi souligné.

François Hollande a précisé que les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale pour 2016 comprendraient des dispositions pour favoriser la croissance et l'emploi

Le chef de l'Etat a en revanche écarté l'idée d'une réorientation, demandée par l'aile gauche de sa majorité, des baisses de charges prévues par le Pacte de responsabilité en faveur des entreprises.

"Je reste convaincu que les grandes masses du pacte restent conformes aux exigences de notre économie", a-t-il expliqué. "Il est nécessaire que les entreprises aient, notamment sur les charges, les prélèvements et les coûts, une visibilité."

"S'il y avait des changements profonds, ça altérerait la cohérence de ce dispositif et la capacité pour les acteurs économiques à pouvoir s'engager durablement", a-t-il ajouté.

Mais a également écarté l'idée de relancer le débat sur une éventuelle réforme du contrat de travail, souhaitée par les chefs d'entreprises.

(Emmanuel Jarry et Elizabeth Pineau, édité par Nicolas Delame)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mercredi 29 juil 2015 à 00:29

    A LIRE http://www.atlantico.fr/decryptage/chomage-bilan-hollande-en-5-graphiques-nicolas-goetzmann-1023643.html

  • M3366730 le mercredi 29 juil 2015 à 00:27

    Quel gagne petit et quand l'on sait la rente à vie qui va lui être servie lorsqu'il aura fini son quiquennat.Les sans dents pourront lui dire merci !

  • fpelu le mardi 28 juil 2015 à 11:13

    Apparemment on est tous d'accord. Donc DEHORS!!!!

  • tropfort le mardi 28 juil 2015 à 10:07

    .Même si son équipe y arrivait, ce serait grace aux pays européens environnants. Hollande, on te hait DEFINITIVEMENT.

  • M9244933 le mardi 28 juil 2015 à 09:59

    En dehors de le voir se tortiller dans tous les sens sur le chômage et son propre cas, je n'ai retenu qu'une chose claire: il refuse de réformer le marché du travail. On ne peut pas sauver ce monsieur qui sera une parenthèse douloureuse dans notre histoire.

  • M3435004 le mardi 28 juil 2015 à 09:48

    M5062559 +1 Et on peut ajouter : Il ont mis l'éducation nationale en miettes, ils ont sapé toutes les mesures qui pouvaient avoir une utilité pour réparer leur erreurs et rétablir la croissance, Avec des médias et des syndicats irresponsables quand ils ne sont pas à leur botte, ils ont installé un climat de mensonge et de défiance général.

  • UBOAT le mardi 28 juil 2015 à 09:12

    Mais ce type est complètement déconnecté de la réalité, a force de s'occuper de tout les problèmes des autres pays et de ce balader avec son balai afin de nettoyer devant la porte des autres il n'est même plus conscient de l'état réel de la France et des Français qui y vivent, c'est incroyable

  • M5062559 le mardi 28 juil 2015 à 09:06

    Il faut dénoncer avec fermeté les mauvaises mesures de la gauche depuis 35 ans de pouvoir. Aussi bien du point de vue économique mais moral. Ils ont crée une nomenklatura politiques qui ne cessent de grossir en pillant l'état en toute impunité. Ils ont fait grossir l'état sans direction ni souci de gestion ni souci d’efficacité. Ils ont porté des coups très dur aux entreprises privés qui n'arrivent plus à créer autant de richesses que nécessitent la politologue sociale.

  • ltondu le mardi 28 juil 2015 à 08:41

    Discours d'un président qui flippe pour sa fin de mandat...L'audace, y a jamais eu !

  • a.lauver le mardi 28 juil 2015 à 08:39

    Puis en 2016 on dira que l'année clé c'est 2017 etc... etc..