Politiques et banlieues : je t'aime moi non plus

le
0
En 2005, alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy s'illustre deux fois au sujet des banlieue. En juin, il veut nettoyer une cité au Kärcher et quelques mois plus tard, il promet à une habitante de débarrasser le quartier de la racaille.
En 2005, alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy s'illustre deux fois au sujet des banlieue. En juin, il veut nettoyer une cité au Kärcher et quelques mois plus tard, il promet à une habitante de débarrasser le quartier de la racaille.

"Les bonnes choses ont une fin. » Voici comment Alain Juppé a conclu mercredi sa visite à Argenteuil. Pourtant, la relation entre les banlieues et les responsables politiques n'a pas toujours été « bonne ». Pour ne pas dire jamais. Au même endroit, onze ans plus tôt, Nicolas Sarkozy créait la polémique promettant aux habitants des quartiers de les « débarrasser » des « racailles ». D'autres, à gauche comme Manuel Valls et au centre comme François Bayrou, ont souvent eu des visites plutôt mouvementées en banlieue. Morceaux choisis.

Nicolas Sarkozy : « Kärcher » et « racailles »Le visage est fermé et le regard noir. Le 25 octobre 2005, alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy se rend dans un quartier sensible d'Argenteuil dans le Val-d'Oise. À une habitante qui l'interpelle sur l'insécurité, il répond d'un ton martial : « Vous en avez assez, hein ? Vous en avez assez de cette bande de racailles ? Eh bien, on va vous en débarrasser ! » Deux jours plus tard, Zyed et Bouna, deux adolescents perdent la vie dans un transformateur de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) après une course-poursuite avec la police. Une saillie et un drame, le cocktail est explosif : pendant une dizaine de jours, des émeutes se déclenchent dans de nombreuses villes de banlieue.

Quatre mois plus tôt, le 19 juin 2005, le ministre de l'Intérieur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant