Politique : le machisme a la vie dure

le
0
Vêtue d'une robe fleurie, Cécile Duflot avait été l'objet de remarques particulièrement sexistes de la part de députés à l'Assemblée.
Vêtue d'une robe fleurie, Cécile Duflot avait été l'objet de remarques particulièrement sexistes de la part de députés à l'Assemblée.

Caquètements, insultes, sifflets, commentaires sur leur tenue ou leur coiffure... Elles ont tout entendu, les femmes en politique. Le sujet peut sembler éculé et pourtant le machisme est toujours bien présent dans l'hémicycle, dans les instances des partis ou sur le terrain. La loi sur la parité de 2003 n'aura pas tout réglé et aucunement changé les comportements parfois archaïques de certains mâles dotés du "code génétique du chimpanzé" (dixit Mélenchon). Dans Sexisme en politique : un mal dominant*, la réalisatrice Stéphanie Kaïm est allée à la rencontre d'élues que ces messieurs ont tenté d'aider de leur conseils. Florilège de leurs recommandations : "Ne parle pas, comme ça on pourra croire que tu es intelligente !" a pu entendre la volubile Cécile Duflot à ses débuts ; "Mets-toi là, interviens à tel moment... et surtout ne parle pas de ta famille, de tes enfants, ça peut être interprété comme une faiblesse", a-t-on recommandé à Chantal Jouanno, qui a fait l'inverse ; "Va falloir que tu mettes des tailleurs", a-t-on préconisé à Samia Ghali, qui n'en porte toujours pas... Heureusement, la plupart des femmes qui se lancent dans l'arène politique sont têtues et dures au mal. Il n'empêche, les "À poil !" balancés à Ségolène Royal ou "Barbie" à Barbara Pompili les ont blessées. "J'ai des couilles, j'ai une bite... Maintenant, on peut parler politique ?" Autrefois, c'était l'héritage paternel qui leur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant