Policiers attaqués : ni déni ni rodomontades

le
1
La patrouille chargée de protéger un carrefour à Viry-Châtillon dans l'Essonne a été prise pour cible par une dizaine d'individus. Le pronostic vital de l'un des deux policiers blessés est engagé.
La patrouille chargée de protéger un carrefour à Viry-Châtillon dans l'Essonne a été prise pour cible par une dizaine d'individus. Le pronostic vital de l'un des deux policiers blessés est engagé.

Les éditorialistes s'inquiètent de l'incroyable violence dont ont été victimes des policiers à Viry-Châtillon dans l'Essonne. Comment reconquérir ces territoires où plus personne n'est en sécurité, où l'État a disparu, où les policiers dérangent ? Certainement pas à coups de menton, notent-ils, car la situation tragique appelle des solutions de long terme.

Sang-froid et lucidité

Dans La Croix, Guillaume Goubert juge l'événement d'une gravité considérable et appelle la population à montrer sa solidarité avec la police : "Un groupe d'une quinzaine de personnes a donné l'assaut à un véhicule de police. Des cocktails Molotov ont été jetés à l'intérieur, les deux policiers ont été empêchés d'en sortir. L'un d'eux était hier encore en danger de mort (...) Cette affaire témoigne que des crans ont été franchis dans la violence à laquelle les policiers sont confrontés. La situation est d'autant plus difficile à supporter pour cette profession qu'elle est soumise à une urgence très forte : risque terroriste. En janvier 2015, on avait assisté à des manifestations d'affection de la population envers les forces de police. Elles furent sans lendemain, la méfiance traditionnelle entre les Français et la police reprenant ses droits. La dureté des temps impose aujourd'hui de faire des gestes pour la surmonter."

Face à cette violence hors norme, Hervé Chabaud appelle à sortir des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 il y a un mois

    Mais ceux sont toujours les mêmes...arrêtez de vous plaindre...vous avez voté pour la gauche ou la droite et bien le système continue...