Poitou-Charentes : un nouvel audit confirme l'ardoise

le
1
  La tension monte entre Ségolène Royal et Alain Rousset, patron de la grande région Nouvelle-Aquitaine, autour des finances de la région Poitou-Charentes, présidée par l'actuelle ministre de l'Écologie jusqu'en 2014.  
  La tension monte entre Ségolène Royal et Alain Rousset, patron de la grande région Nouvelle-Aquitaine, autour des finances de la région Poitou-Charentes, présidée par l'actuelle ministre de l'Écologie jusqu'en 2014.  

L'ancienne présidente de la région Poitou-Charentes et l'actuel patron de la grande région Nouvelle-Aquitaine s'échangent depuis plusieurs semaines des amabilités sur fond de règlement de comptes? financiers. Dernier épisode : la menace, par la ministre de l'Écologie, de déposer plainte contre son rival d'Aquitaine s'il persiste à évoquer les « dérives financières » du Poitou-Charentes. Au printemps, un audit commandé par Alain Rousset avait en effet révélé de nombreuses incongruités financières sous le mandat de Ségolène Royal (prêts hautement toxiques, soutien à plusieurs sociétés qui ont mis la clé sous la porte, factures impayées?).

Il y a quelques mois, le président PS de la région Nouvelle-Aquitaine a commandé à EY (ex-Ernst and Young) un nouvel audit, ciblé sur ces fameuses factures. Ce rapport, dont Le Point a obtenu copie, a remis le feu aux poudres. Il confirme le système dévoilé au printemps, et précise les montants en jeu : selon EY, la Nouvelle-Aquitaine, qui regroupe depuis le 31 décembre 2015 l'Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes, a hérité dans ses comptes de 131,9 millions d'euros de factures impayées en provenance du Poitou-Charentes. Et à régler en 2016 !

44 millions de dépenses reportées en 2016

L'audit explique pourquoi. D'abord, certains postes ont été sous-budgétisés. La direction chargée de la formation professionnelle continue et de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet il y a un mois

    dire qu'elle pourrait être candidate a la présidentielle