Poitou-Charentes : quand Ségolène Royal jonglait avec les millions

le , mis à jour le
6
Ségolène Royal à l'Élysée, en avril 2014, juste après avoir quitté la présidence de la région Poitou-Charentes. AFP PHOTO/ ALAIN JOCARD
Ségolène Royal à l'Élysée, en avril 2014, juste après avoir quitté la présidence de la région Poitou-Charentes. AFP PHOTO/ ALAIN JOCARD

Le premier coup est venu de la Vienne. En février, le syndicat viennois des artisans du bâtiment envoie une lettre à Alain Rousset, nouveau patron socialiste de la grande région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin. Le ton est courroucé. Les artisans reprochent à la région Poitou-Charentes de ne pas les avoir payés à temps pour divers chantiers publics. La facture des impayés se monterait, selon Alain Rousset, à 132 millions d'euros pour l'année 2015 ! « Cela va d'une note de 2 000 euros pour un menuisier à 270 000 euros pour une entreprise de BTP, confie un dirigeant de la Capeb, le syndicat en question. Deux mille euros pour une région, ce n'est pas grand-chose, mais pour un menuisier seul qui doit payer son apprenti, c'est un manque à gagner qui met en danger son entreprise. »

"Cette pratique dure depuis des années"

Dans une longue lettre circonstanciée publiée le 29 mars, trois proches de Ségolène Royal, présidente de Poitou-Charentes de 2004 à 2014, ont lancé la contre-offensive. Ex-élus du conseil régional, ils se défendent en argumentant, entre autres, que la fusion des régions, ajoutée à des difficultés techniques, a obligé les services comptables à décaler les paiements. À la Capeb, l'explication ne passe pas : « Ce n'est pas la première fois qu'on est confronté à des impayés de la région Poitou-Charentes. Cette pratique dure depuis des années, et elle s'est accélérée depuis trois ans environ....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 8 mois

    SR a dû penser que dans le Poitou-Charentes il y avait un bon potentiel de niais à arnaquer et elle ne s'est pas trompé manifestement. Encore bravo Ségolène!

  • mucius il y a 8 mois

    SR = le symbole de la suprême stupidité des électeurs. C'est son fonds de commerce et je la trouve très intelligente d'avoir su exploiter cette pépite et d'en avoir fait ses choux gras. Bravo Ségolène!

  • M4098497 il y a 8 mois

    135 millions c'est rien pour Ségolène. Elle a cramé un milliard en annulant ECOMOUV et quatre fois plus en annonçant avant bourse qu'elle interdisait à EDF d'augmenter ses tarifs lui faisant perdre 10% de capitalisation. Vous allez voir la facture avec l'augmentation de la CSPE et aussi des tarifs autoroutiers. C'est une grande dame et comme dirait ma grand mère, ne se mouche qu'avec des mouchoirs en soie. ROYALE sinon rien

  • M7097610 il y a 8 mois

    cette pratique est générale et permet aux grandes entreprises d'évincer les petites de marchés publics...

  • glitzy il y a 8 mois

    Ce n'est pas vrai, il y a des entreprises qui arrivent à se faire payer bien plus vite.

  • frk987 il y a 8 mois

    Pour une fois je vais dire vraiment Ségolène est innocente, TOUS les travaux commandés par l'Etat, les collectivités publiques, parapubliques...sont payées entre 12 et 18 mois après la livraison. Ce n'est pas un scoop cela a toujours été. Si des PME sont assez din gues pour accepter des marchés, faut pas venir pleurer après.