Poitou-Charentes : l'audit qui fait mal aux proches de Ségolène Royal

le , mis à jour le
1
Ségolène Royal, ancienne présidente de la région Poitou-Charentes (2004-2014), le 29 janvier 2015 à Bordeaux.
Ségolène Royal, ancienne présidente de la région Poitou-Charentes (2004-2014), le 29 janvier 2015 à Bordeaux.

La réunion s'est tenue en catimini le mercredi 30 mars à l'Assemblée nationale. Le président PS de la nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Alain Rousset, par ailleurs député, avait souhaité réunir les parlementaires de la région présidée de 2004 à 2014 par Ségolène Royal. Au menu de la discussion, l'audit (alors en cours) des comptes du Poitou-Charentes, rendu public jeudi. La plupart des élus picto-charentais socialistes, actuels ou récents, étaient là : Martine Pinville (députée de Charente jusqu'en 2015 et désormais secrétaire d'État au Commerce, proche de François Hollande), les députés Alain Claeys, Delphine Batho, Catherine Quéré, les sénateurs Bernard Lalande et Nicole Bonnefoy...

Alain Rousset, qui disposait déjà de nombreuses informations, a dressé un tableau très sombre de la situation. Il a rappelé l'étendue des dégâts, comme la somme des impayés aux artisans et aux entreprises de la région (environ 132 millions d'euros), les emprunts contractés à des taux affolants (certains prêts, dits « toxiques », sont grevés par des taux dépassant les 9 %), les participations dans de nombreuses entreprises qui ont mis la clé sous la porte...

Lire aussi notre article « Royal se réserve le droit de porter plainte contre Rousset »

« Au cours de la rencontre, Alain Rousset a dit que les comptes pouvaient être insincères », témoigne un participant. Une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 8 mois

    Elle envisageait de prendre la place de son "cher François " mais la batterie de cuisine sort du placard. Formation de fonctionnaire , l'argent du contribuable se multiplie à l'infini.