PLFR 2014 : l'aide publique au développement encore touchée

le
0
Alors qu'est adopté le projet de loi de finances rectificative pour 2014, le cabinet de Michel Sapin a déprogrammé à deux reprises ses rendez-vous avec des ONG pour aborder le thème de l'aide publique au développe
Alors qu'est adopté le projet de loi de finances rectificative pour 2014, le cabinet de Michel Sapin a déprogrammé à deux reprises ses rendez-vous avec des ONG pour aborder le thème de l'aide publique au développe

Le projet de loi de finances rectificative pour 2014, actuellement discuté en commission mixe paritaire du fait du rejet du texte par le Sénat en première lecture, prévoit une baisse de 2,5 % de l'aide publique au développement (APD) par rapport au budget initial - au sein duquel elle avait déjà été revue à la baisse. L'enveloppe, alors amputée de 73 millions, atteindrait désormais 8,3 milliards d'euros. "Cette baisse est complètement disproportionnée par rapport à la baisse totale du budget de l'État qui n'est que de 0,8 %", s'insurge Friederike Röder, directrice de l'organisation non gouvernementale ONE France. Et alors que 2014 s'inscrit comme la quatrième année de baisse consécutive en France, l'APD ne cesse d'augmenter à l'échelle mondiale, passant de 69,5 milliards de dollars en 2003 à 126 milliards en 2012. Pour Christian Reboul, chargé des questions d'aide au développement à l'Oxfam, "le contexte est inquiétant, la trajectoire est négative. L'APD mondiale a crû de 6,1 % rien qu'en 2013, malgré la baisse française !" Politique budgétaire versus volonté politique Pourtant, le 1er mars dernier, lors des assises du développement, François Hollande réaffirmait les engagements de la France, notamment sa promesse de consacrer 0,7 % de revenu national brut (RNB) à l'APD. En ajoutant toutefois une condition sine qua non, celle de la croissance. Soulignant les + 0,3 % en 2013, Oxfam et ONE doutent de la volonté présidentielle de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant