Picard teste le magasin «sans clim»

le
0

L'enseigne de surgelés expérimente une nouvelle technique de conservation de ses produits dans son point de vente de Rueil-Malmaison en Ile-de-France. Son objectif: diviser par deux son bilan carbone et réduire de 40% sa consommation électrique.

À Moins de trois semaines de la conférence sur le climat à Paris, la Cop21, le nouveau concept de magasin «sans clim» de Picard a de quoi attirer l'attention. L'enseigne de surgelés, qui vient d'obtenir la certification ISO 50001 pour l'efficacité de sa démarche de développement durable, a équipé son point de vente de Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, d'une installation technique innovante qui permet de maintenir ses produits à -18°C d'une manière plus écologique. L'objectif de ce «magasin laboratoire» est ambitieux: diviser par deux son bilan carbone et réduire de 40% sa consommation électrique.

«Aujourd'hui, les congélateurs recrachent de l'air chaud dans la surface de vente et nous devons climatiser nos magasins», explique Aymar le Roux, responsable du Pôle technique de Picard. «Le magasin laboratoire de Rueil-Malmaison teste la combinaison de deux technologies en vue d'améliorer notre bilan carbone.» Notamment en se passant de la climatisation. Concrètement, Picard mise sur la boucle d'eau, un gros réseau de tuyaux d'eau froide qui passe à l'arrière de chaque congélateur pour récupérer leur chaleur. «L'eau absorbe la chaleur, qui n'est pas recrachée à l'intérieur du point de vente, puis cette eau chaude sert à chauffer le ballon d'eau chaude du magasin, ou à dégivrer la chambre froide à la place de l'électricité, ou encore à chauffer le magasin en hiver. Le reste est recraché sous forme d'air chaud à l'extérieur du magasin», détaille le responsable. En complément de cette technologie, un système de «freecooling» a été déployé. «Lorsque la température extérieure est plus froide qu'à l'intérieur, nous allons chercher de l'air frais dehors pour l'insuffler dans le bâtiment.» Le magasin expérimental est aussi équipé de nouveaux congélateurs qui consomment 30% d'énergie en moins.

Du miel «made by Picard»

L'expérimentation, qui a démarré en septembre, affiche «des premiers résultats plus qu'encourageants», se réjouit Aymar le Roux, qui se refuse à les chiffrer. Un premier bilan officiel devrait être dressé en février prochain. Il n'est pas sûr, pour autant, que Picard déploie ces solutions «d'avant-garde» à l'ensemble de ses 1000 magasins car leur installation coûte trois fois plus cher qu'une rénovation classique. «L'important est de créer une dynamique», répond le responsable, selon qui «à raison de 100 magasins rénovés par an, un déploiement à l'ensemble du parc prendrait de toute façon au moins 10 ans».

Depuis 2009, Picard met en œuvre des mesures «responsables» dans le but de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble de ses magasins d'ici à 2020. Le magasin de Rueil-Malmaison se veut aussi la «vitrine» de ces efforts. Les vieilles ampoules ont disparu au profit du LED, ce qui a permis de réduire de 30% la consommation électrique pour l'éclairage du magasin, selon Picard. Le toit de l'établissement a par ailleurs été couvert de 150 m² de panneaux photovoltaïques. Ils devraient produire l'équivalent d'un an d'éclairage du magasin ou d'une année de consommation de la chambre froide. Enfin, trois ruches ont été installées à l'arrière du magasin, ce qui représente 120.000 abeilles. «Nous n'avons pas encore décidé de ce que nous ferons du miel récolté», assure Aymar le Roux, qui ne manque pas d'idées. «Nous pourrions le distribuer auprès des écoles pour sensibiliser les enfants au rôle essentiel des abeilles ou le revendre dans un circuit court pour mettre en avant la consommation locale.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant