Philippe Pascot, le "justicier" de l'Essonne

le
0
Philippe Pascot au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC.
Philippe Pascot au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC.

Le 7 mars 2016, dans les coulisses de chez Bourdin, Philippe Pascot entame la discussion avec Mélenchon en pleine séance de maquillage.

- Salut, Jean­-Luc, tu te souviens de moi ?

- Non...

- Tu ne voulais pas t'asseoir à côté de moi au conseil régional parce que je t'ai piqué des voix aux sénatoriales quand je faisais campagne avec le PRG !

- Ah oui, tu es le seul mec du Parti radical qui me résistait dans l'Essonne.

- Bon, Jean­-Luc, il faut que j'y aille. N'oublie pas de lire mon livre, tu es dedans !?

De fait, le patron du Parti de gauche ne sera pas déçu. On lit page 305 de Délit d'élus qu'il a été ?admonesté? par la justice en 2007 pour avoir utilisé les voitures et chauffeurs du conseil général de l'Essonne "sans droit ni titre". Une broutille par rapport aux magouilles que Pascot dénonce sans relâche, quelle que soit l'étiquette de l'élu.

Philippe Pascot, c'est le justicier de l'Essonne, la terreur des magouilleurs et tripatouilleurs. Il est pourtant lui-même ancien patron du PRG, et ancien conseiller régional de l'Essonne, mais, à 61 ans, il consacre son énergie inépuisable et sa patience illimitée à compiler et dénoncer les mauvais comportements de ses anciens collègues, y compris au-delà de son département. Ce redresseur de torts y sévit souvent sur les plateaux télé, car il est ?un bon client? pour les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant