Peine aggravée pour Rouillan, pour apologie du terrorisme

le
4
PEINE AGGRAVÉE POUR ROUILLAN, POUR APOLOGIE DU TERRORISME
PEINE AGGRAVÉE POUR ROUILLAN, POUR APOLOGIE DU TERRORISME

PARIS (Reuters) - La Cour d'appel de Paris a aggravé mardi la peine infligée en 2016 à l'ancien dirigeant du groupe Action directe Jean-Marc Rouillan pour apologie du terrorisme et l'a condamné à 18 mois de prison dont huit mois ferme.

Son avocat, Me Christian Etelin, a déclaré à Reuters qu'il allait se pourvoir en cassation.

Jean-Marc Rouillan avait notamment qualifié de "courageux" les auteurs des attentats djihadistes du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts, dans un entretien au mensuel marseillais Le Ravi. Il avait été condamné à huit mois de prison ferme en première instance. L'avocat général avait requis en appel deux ans de prison dont un ferme.

Action directe, organisation armée d'extrême gauche, a commis plusieurs assassinats et attentats dans les années 1980. Condamné pour assassinats, Jean-Marc Rouillan est actuellement en liberté conditionnelle et n'a pas assisté à la lecture de la décision de la cour d'appel.

"Nous sommes satisfait que la cour ait reconnu que nous subissions un préjudice dans notre action de prévention auprès des jeunes", a déclaré à Reuters Guillaume Denoix de Saint-Marc, fondateur et directeur général de l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT), une des parties civiles.

"Nous sommes heureux que Jean-Marc Rouillan ne puisse pas continuer à s'épancher dans les médias", a-t-il ajouté.

Me Olivier Morice, avocat d'autres parties civiles, a pour sa part estimé que l'aggravation de la peine était justifiée par le passé de Jean-Marc Rouillan et le contexte de menace terroriste dans lequel il a tenu ses propos.

"On ne peut pas faussement vouloir se protéger derrière la liberté d'expression dans des propos qui font autant l'apologie du terrorisme. C'est une dénaturation du concept même de liberté d'expression", a-t-il déclaré à Reuters.

Selon l'avocat de Jean-Marc Rouillan, sa condamnation est aménageable et il ne sera pas nécessairement contraint de retourner en prison. Me Christian Etelin continue en outre de contester la constitution du délit d'apologie du terrorisme pour lequel son client a été condamné. "Il y aura un pourvoi en cassation", a-t-il déclaré à Reuters.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laurus il y a 6 mois

    Ses "idées" sont condamnables parce que dangereuses et, de plus, totalement incohérentes, car pour l'indécrottable gauchiste qu'il est, tout "enragé" sera excusable, sauf s'il est d'extrême droite. D'après ce sinistre cretinus, il peut donc y avoir une justification au crime, ce qui est inadmissible ! Au trou et pour longtemps SVP !

  • RogueTr il y a 6 mois

    Mais en soi, etre d'extreme gauche, c'est dejà etre soi meme un terroriste, puisque l'ideologie est elle meme terroriste

  • RogueTr il y a 6 mois

    Huit mois ferme pour des mots. Commencons dejà par ne pas relacher ceux qui commettent de vrais crimes et preparent ensuite réellement des vrais attentats avec des vrais outils pour tuer. Occupons nous des idiots utiles ensuite.

  • M7163258 il y a 6 mois

    Bravo!! J'espère que cela calmera certains!