Patrick Buisson : "Si je mourais là-bas"

le
0
Patrick Buisson, ici en 2012.
Patrick Buisson, ici en 2012.

Vêtu d'un élégant costume sombre, il accueille ses invités un par un. N'en déplaise à Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson n'est pas mort et il le prouve ce jeudi soir. Il est 20 heures et l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy projette en avant-première son dernier film, Si je mourais là-bas, la Grande Guerre racontée par les écrivains qui l'ont vécue, au cinéma parisien Gaumont Opéra Capucines. La patron de la chaîne Histoire, propriété du groupe TF1, a convié plusieurs centaines de personnes : des amis de jeunesse, anciens journalistes de l'hebdomadaire Minute, des passionnés d'histoire de tous âges et son avocat Me Gilles-William Goldanel.À cette avant-première, pas une personnalité politique n'est là pour entourer celui qui est désormais banni de la sarkozie pour avoir osé enregistrer à son insu l'ex-locataire de l'Élysée. Une seule sarkozyste était présente : Jeannette Bougrab. L'ancienne secrétaire d'État - aujourd'hui maître des requêtes au Conseil d'État - est l'une des voix qui prêtent vie à Guillaume Apollinaire, Charles Péguy, Georges Duhamel, Henri Barbusse..., ces écrivains qui perpétuent la mémoire de la guerre de 1914-1918.Faux amisAvant la projection du film, Patrick Buisson lui rend un vibrant hommage : "Je n'ai pas eu longtemps à m'interroger pour trouver la voix féminine de ce film. Ce ne pouvait être qu'elle. Me sont revenus à l'esprit ces vers du poète français Rutebeuf : Ce sont amis que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant