Pas de nouvelles économies sur la fonction publique, dit Sapin

le
42
PAS DE NOUVELLES ÉCONOMIES SUR LA FONCTION PUBLIQUE, ASSURE MICHEL SAPIN
PAS DE NOUVELLES ÉCONOMIES SUR LA FONCTION PUBLIQUE, ASSURE MICHEL SAPIN

PARIS (Reuters) - Le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré jeudi que le gouvernement ne chercherait pas à réaliser de nouvelles économies sur la fonction publique alors qu'il est à la recherche de deux milliards d'euros pour boucler le projet de budget 2015.

Prié de dire sur France Info si l'exécutif allait "tailler" dans la masse salariale de la fonction publique, dont le point d'indice est gelé depuis 2010, Michel Sapin a répondu :

"Non, les décisions on été prises, elles sont d'ailleurs difficiles, elles sont douloureuses pour les fonctionnaires puisqu'il y a un gel des salaires (...) C'est difficile, c'est dur pour les uns et les autres, on ne va pas en rajouter."

Michel Sapin a annoncé mercredi que, du fait de la faible croissance et de l'inflation basse, la France renonçait à tenter de ramener le déficit public à la limite européenne de 3% du PIB avant 2017 et qu'il prévoyait cette année une dégradation des comptes, au lieu de l'amélioration encore promise avant l'été.

Le dérapage par rapport à la trajectoire annoncée au printemps serait de plus de 6 milliards d'euros cette année et plus de 25 milliards en 2015, année où le déficit serait à peine réduit à 4,3%, au lieu des 3% promis auparavant.

Après avoir laissé entendre le contraire la semaine passée, le ministre des Finances a indiqué que les projets de budget 2015 de l'Etat et de la Sécurité sociale prévoiraient bien un effort de 21 milliards d'euros d'économies comme prévu auparavant.

Ceci obligera le gouvernement à combler un "trou" de deux milliards d'euros provoqué par l'inflation basse.

(Marion Douet et Mark John, edité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA le vendredi 12 sept 2014 à 09:09

    Il aurait mieux fait de dire qu'il n'y aurait pas d'économie, car par rapport à l'an dernier il n'y en aura pas eu ! Vive le "redressement"...

  • lorant21 le vendredi 12 sept 2014 à 09:08

    On est fichu avec des branques pareils. On a 50% de plus de fonctionnaires qu'ailleurs pour un service plutot inférieur (éducation, police, ..).. mais pas touche!! Il n'y a JAMAIS eu la moindre économie.

  • b.renie le vendredi 12 sept 2014 à 07:24

    Ce discours est incohérent. Ne pas toucher à la dépense publique et dire pas d'impôts nouveaux puis maintenir que l'on va faire les 21 milliards d'économies promis. Cela tourne à la magie. .. ou plus exactement à l'accroissement de la dette plus vraisemblablement . La France est en train de courir à une situation à la grecque.

  • phildesf le jeudi 11 sept 2014 à 23:13

    Pas de "nouvelles" économies ? C'est une blague? Il n'y en n'a jamais eu!

  • fbordach le jeudi 11 sept 2014 à 22:37

    C'est la fête au kolkhoze! Après la méritocratie à la socialopitheque. (Moscovici à Bruxelles) la culture du renoncement. C'est dommage c'est la que sont les gisements... Mais malheureusement aussi les électeurs du gouvenemaman!

  • pademaug le jeudi 11 sept 2014 à 21:50

    On ne va pas en rajouter, sinon, qui va voter pour nous ?

  • M3366730 le jeudi 11 sept 2014 à 21:21

    Ah bon, car ils ont fait des économies sur la fonction publique : recrutement de 10 000 fonctionnaires en + par an. En réalité 0+0= d'économies ; qu'ils aillent donc voir dans le privé (tous ceux et celles qui ont été licenciés en parti à cause des mesures des GVT de Hollande)

  • M7093115 le jeudi 11 sept 2014 à 21:18

    "Pas de nouvelles économies sur la fonction publique "veut dire impossibilité mathématique de redresser les finances publiques Les réformes ont à peine commencées qu'elles s' arrêtent déjà

  • fbordach le jeudi 11 sept 2014 à 14:55

    Dommage car plus on paie d'impôts et moins le service est efficace...

  • M4484897 le jeudi 11 sept 2014 à 13:57

    Il fallait lire kon-eries