Pas de hausse d'impôt en 2015 : cafouillage et imprécisions au gouvernement

le
0

VIDÉOS - Le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, affirme que la fin de la hausse d'impôts, promise par le chef de l'État jeudi dernier, «n'est pas gravée dans le marbre». Il a ensuite rectifié ses propos.

Le gouvernement n'en finit plus de se prendre les pieds dans le tapis avec les impôts. Lors de son intervention télévisée jeudi soir, le chef de l'État l'avait juré trois fois: il n'y aura plus de hausse d'impôt supplémentaire d'ici la fin de son mandat. Et pourtant... Une semaine plus tard, ce n'est plus aussi clair. «Ce n'est pas gravé dans le marbre», affirme Christian Eckert, secrétaire d'État chargé du Budget qui avance une éventuelle dégradation du contexte économique international «que nous ne maîtrisons pas». Il a ensuite rectifié ses propos. «L'engagement du président de ne pas décider d'augmentations supplémentaires d'impôts pour qui que ce soit à partir de 2015 (sera) tenu», a-t-il déclaré à l'AFP. Et d'ajouter: «Le taux de prélèvement obligatoire baissera jusqu'en 2017».

Interrogé sur cette sortie médiatique, le porte-parole du gouvernement a tenté de rattraper le coup et de défendre François Hollande qui s'est pourtant voulu moins précis que son secrétaire d'État. «Pour moi, c'est gravé dans le marbre, a répondu Stéphane Le Foll sur i-Télé. Je comprends ce qu'a sous-entendu Christian Eckert. Admettons par exemple que la situation se dégrade. 'Qu'est-ce qui se passe?', 'Comment on agit?' Mais pour moi, la position du président de la République est simple et très claire. Il y a des décisons ont été prises et qui se prennent en ce moment sur la loi de finances rectificative avec des éléments en débat, notamment sur la taxe d'habitation des résidences secondaires et sur la taxe sur le diesel. Tout cela sera calé à la fin de l'année pour l'année prochaine. Mais il n'y aura pas de hausse d'impôt décidée l'année prochaine par le gouvernement sur l'impôt sur le revenu, sur la CSG. Il faut le comprendre comme cela. Il n'y a pas à discuter de ce sujet. La porte (à une hausse des impôts, ndlr) est fermée.». Pourtant, lorsqu'on lui demande si cela vaut quelle que soit la situation économique mondiale, lui aussi sous-entend que "non" si la croissance n'est pas au rendez-vous ou que le contexte se dégrade.

Un nouveau cafouillage gouvernemental à propos d'un dossier sur lequel les Français sont les nerfs à vif, qui «brouille le message», reconnaît Stéphane Le Foll. Et surtout qui intervient moins d'une semaine après qu'Emmanuel Macron, ministre de l'Économie s'est empressé de nuancer les propos de François Hollande, affirmant qu'«il (François Hollande, ndlr) a dit qu'il n'y aurait pas d'impôts votés». Du coup, les déclarations du chef de l'État n'inclut pas les décisions qui seront prises avant le 31 décembre. Or, trois textes - les projets de budget de l'État et de la Sécurité sociale pour 2015 et de budget rectificatif - sont ou seront en discussion d'ici là. «Il y a dans ces textes des impôts nouveaux, des augmentations nouvelles, en même temps que des baisses», a rappelé Emmanuel Macron.

VIDÉO - «On a compris qu'on avait fait une erreur en augmentant les impôts», déclare Laurent Baumel, député PS.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant