Paris se voit en capitale de la finance verte et durable

le
0

Paris Europlace, l'association de promotion de la place financière de Paris, a formulé 15 propositions visant à renforcer le rôle de la capitale dans la finance verte et durable.

La Place financière de Paris veut jouer un rôle important dans la finance verte. Moins d'une semaine avant l'ouverture de la Cop 22 qui se tiendra au Maroc, Paris Europlace, l'association de promotion de la place financière de Paris, a présenté ce jeudi 15 propositions visant à renforcer le rôle de la capitale dans la finance verte et durable. Celle-ci «couvre le financement d'investissements porteurs de bénéfices environnementaux ou sociaux ayant un impact extra-financier positif», précise Paris Europlace. Cela passe notamment par la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi le traitement de l'eau, des sols, ou encore l'éradication de la pauvreté.

Les besoins sont très importants. Ils sont «estimés par les organisations internationales en milliers de milliards d'euros», précise Paris Europlace. Pour l'heure, malgré des progrès, la finance verte reste marginale (moins de 1% des obligations au niveau mondial, seule une fraction des prêts bancaires est qualifiée de verte...).

«Dans ce contexte, la Place financière de Paris dispose de réels atouts pour capitaliser sur son expertise de pointe», explique Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace. «Toute cette action se situe également pour nous dans le positionnement de la place de Paris dans la compétition mondiale et évidemment dans le positionnement de Paris au moment du Brexit. Ce sera un des thèmes de promotion de Paris», a complété ce dernier. Le vote en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne représente «une opportunité importante maintenant qu'il a été voté même si nous n'y étions pas favorable», a poursuivi Arnaud de Bresson. L'objectif est de «faire revenir vers l'Union européenne une partie des activités financières qui se sont développées dans la City de Londres (...) y compris dans l'économie durable» et notamment à Paris.

La finance verte est de plus devenue un sujet de compétition entre places financières. Londres, la Chine et le Luxembourg ont récemment lancé des initiatives en la matière.

Indice mondial de classement des places financières

Parmi les quinze propositions, Paris Europlace suggère notamment de lancer un «indice mondial de classement des places financières en matière de finance verte». Elle souhaite également «renforcer les synergies public-privé» ou encore organiser chaque année un «Climate Finance Day» en partenariat avec le pays où se tient la COP.

La place de Paris entend capitaliser sur ses forces. «Paris a énormément d'atouts», explique Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, filiale dédiée à l'investissement responsable de Natixis Asset Management et coordinateur de l'étude. La France est par exemple le deuxième pays émetteur d'obligations vertes (ou green bonds) au monde, derrière les États-Unis et devant la Chine. Ces emprunts servent à financer des projets à vocation environnementale. Désormais, la France veut être le premier État au monde à émettre des obligations vertes. Par ailleurs, les investisseurs institutionnels détiennent près de 90% des encours du marché de l'investissement responsable (ISR).

Le rapport de Paris Europlace est issu des travaux menés par le comité «Initiative finance verte et durable de la Place de Paris» rassemblant l'ensemble des acteurs de l'industrie financière actifs dans ce domaine et créé en mai 2016 au sein de Paris Europlace. L'association souhaite d'ailleurs établir un budget dédié à ce comité et à la mise en œuvre des propositions, qui serait abondé par les membres de l'initiative.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant