Paris sale : "Un slip abandonné sur le trottoir"

le
5
Des déchets jusque sur les quais du Quartier latin.
Des déchets jusque sur les quais du Quartier latin.

 

 

Rares sont les Parisiens qui se donnent encore rendez-vous au pied de la fontaine Saint-Michel : trop de bruit, trop de monde, trop de trafic. Si seulement l'archange, figé dans sa lutte contre le diable depuis 1860, pouvait parler... Il raconterait comment il a assisté à la métamorphose de son quartier et comment le berceau de Lutèce a été délaissé par ses habitants. Mais le saint se tait et fait aujourd'hui pâle figure : sur son corps ont coulé les fientes de pigeons engraissés par des visiteurs persuadés d'être des dompteurs de volatiles. À la surface du bassin flottent quelques mégots. Un tag au feutre habille un des pilastres en pierre de taille : « Voir la France en cendres et mourir de plaisir ». Le lieu a décidément perdu du panache voulu par Haussmann.

Tout promeneur dans Paris s'habitue à slalomer entre les perches à selfies et à enjamber des objets incongrus. Aujourd'hui, c'est un slip qui a été abandonné sur le trottoir de la place. Comment égarer un tel ustensile ? Peut-être est-il le dernier vestige d'un pari perdu, d'un bain de minuit passionné ou d'un enterrement de vie de garçon ? Il se passe tellement de choses aux confins du Quartier latin que personne ne se pose la question.

Fumet d'urine et bouteilles abandonnées

Midi n'a pas sonné que déjà la place semble fatiguée. Devant le guichet d'une boutique qui rachète des livres d'occasion, des hommes armés de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le mardi 1 sept 2015 à 11:48

    quelle taille le slip?

  • M6445098 le mardi 1 sept 2015 à 11:30

    certainement un slip...rose!

  • xk8r le mardi 1 sept 2015 à 11:26

    Seul Chirac a su nettoyer Paris

  • M8603854 le mardi 1 sept 2015 à 11:18

    Je savais bien que j'avais oublié quelque chose...

  • M7097610 le mardi 1 sept 2015 à 11:04

    le point est déjà en mode "élections"... la saleté, ce sont les gens