Pacte culturel : le coup d'épée dans l'eau

le
1
Le Premier ministre Manuel Valls et la pensionnaire de la Rue de Valois Fleur Pellerin ont reçu le 20 mai à Matignon 35 maires qui ont signé le pacte culturel.
Le Premier ministre Manuel Valls et la pensionnaire de la Rue de Valois Fleur Pellerin ont reçu le 20 mai à Matignon 35 maires qui ont signé le pacte culturel.

Depuis quelques mois, la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin fait la tournée des popotes. Crayon à la main, elle va de ville en ville pour signer des pactes culturels. Après la compétitivité, la responsabilité, la stabilité, le gouvernement dégaine donc un nouveau pacte, cette fois-ci pour sauver la culture. Avec un budget réduit de 4 % en 2013 et de 2 % en 2014, le domaine a été sérieusement mis à mal pendant les deux premières années du quinquennat Hollande.

L'objectif de la convention signée entre le gouvernement et les collectivités est que les villes maintiennent leurs efforts pour la culture. En contrepartie, les financements de l'État sont stabilisés sur les exercices 2015, 2016 et 2017. Pas de baisse, mais pas de hausse non plus.

Disette

Depuis les lois de décentralisation, les collectivités territoriales assurent environ 75 % des dotations aux organismes culturels. L?État, lui, se charge des 25 % qui restent. C?est donc aux mairies, aux départements et aux régions de fournir les efforts budgétaires les plus importants. Ainsi, en période de crise économique, c?est bien souvent le budget de la Culture qui trinque.

Beauvais (Oise), par exemple, a dû se mettre au pain sec. Notamment après que la direction régionale des affaires culturelles (Drac) ? qui dépend de la Rue de Valois ? a baissé de 126 000 euros sur trois ans les aides pour le conservatoire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHANOMAR le jeudi 21 mai 2015 à 21:03

    la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin n aurais pas de mal a distribuer des subventions si ses services n étaient pas aussi chères les frais de fonctionnement exploses pour les nanties