Pacs à l'italienne

le
0
En 2007, une manifestation contre un projet d'union civile pour les homosexuels à Rome. Renzi, qui était alors maire de Florence, s'était opposé au texte.
En 2007, une manifestation contre un projet d'union civile pour les homosexuels à Rome. Renzi, qui était alors maire de Florence, s'était opposé au texte.

Le Sénat italien entreprend jeudi l'examen d'une proposition de loi instituant une union civile pour les couples homosexuels. Il était temps. La péninsule est le dernier grand pays d'Europe à ne reconnaître aucun statut légal aux couples de partenaires de même sexe. En juillet dernier, la Cour européenne des droits de l'homme avait intimé à Rome de se doter d'un instrument juridique répondant aux « besoins essentiels relatifs à un couple de personnes du même sexe engagées dans une relation stable ». Et, lundi, c'est le secrétaire général du Conseil de l'Europe qui a encouragé l'Italie à « garantir une reconnaissance légale aux couples de même sexe ».

Intitulée «  formation sociale spécifique », l'union entre deux personnes de même sexe sera enregistrée par un officier d'état civil. Elle définit les droits et les devoirs des deux contractants. Ils auront les mêmes droits que les couples hétérosexuels en matière médicale ? ils pourront ainsi rendre visite à leur conjoint et prendre des décisions concernant sa santé. Même chose si le conjoint est emprisonné et, en cas de décès du partenaire, ils obtiendront une pension de réversion. L'union permet aussi à l'un des conjoints de prendre le nom de famille de son compagnon ou de sa compagne et autorise l'adoption d'un enfant naturel d'un des deux membres du couple par son partenaire.

Manifestation monstre

Mais, dans un pays où...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant