Où profiter de l'été indien au meilleur prix ?

le , mis à jour à 08:00
1

INFOGRAPHIE - Vous avez décidé de partir en vacances au moment où tout le monde retourne au bureau ? Un été indien qui peut être plus ou moins rentable selon votre destination. Le Figaro vous explique.

Pour les uns, septembre est le mois de la rentrée. Pour d'autres, c'est l'occasion de partir moins cher! Vraiment? De combien précisément? La différence de prix des locations entre la haute et la basse saison varie beaucoup selon les régions. Certaines zones voient leurs prix chuter dès la première semaine de septembre tandis qu'ils diminuent à peine pour d'autres. Le moteur de recherche de séjours touristiques HomeToGo a dressé un comparatif.

Le nord-ouest de la France observe la plus faible différence entre les deux saisons. Sur la base d'un séjour d'une semaine pour quatre personnes, l'écart est d'à peine 32 euros en Alsace. C'est légèrement plus en Franche-Comté et 52 euros en Lorraine. «Il faut dire qu'on ne part pas en Alsace pour le beau temps», commente Rachel Tabellion, directrice France du comparateur.

En Outre-Mer, l'écart aussi est peu élevé, à moins de 70 euros. La raison: les touristes s'y pressent qu'importe la saison compte tenu d'une météo propice aux vacances tant en hiver qu'en été.

En revanche, la Corse et la région PACA affiche l'écart le plus important. Les prix de location peuvent varier de 250 euros entre la haute et la basse saison dans ces destinations typiquement estivales. «Elles attirent beaucoup en été car elles procurent une ‘assurance soleil' en pleine saison. Elles jouent de ce succès pour faire s'envoler leurs prix durant la période prisée avant de revenir à la normale en septembre», explique HomeToGo. Dans certaines stations balnéaires, l'écart est encore plus important. À Saint-Tropez par exemple, une semaine de location pour quatre personnes coûte en moyenne 866 euros de moins en septembre.

Les prix sont aussi plus importants sur la côte atlantique en juillet-août. Durant ces deux mois, l'écart varie entre 120 et 160 euros en Poitou-Charentes mais aussi en Bretagne et en Aquitaine. La côte Basque a connu cet été une fréquentation record. Si l'on regarde département par département, c'est dans les Côtes-d'Armor que l'écart est le plus fort (près de 20%), à égalité avec la Haute-Corse. À l'inverse, outre-Paris, la Haute-Savoie, le Bas-Rhin et les Hautes-Alpes affichent une différence minime (à peine 3%), selon que vous y passez vos vacances durant l'été ou après la rentrée.

Paris, l'été de toutes les économies

Sans surprise, l'Île-de-France est la région où le séjour est plus économe en saison estivale qu'en basse saison. Un bon plan pour les vacanciers souhaitant visiter la capitale en septembre. Ils économisent en moyenne 55 euros sur un séjour d'une semaine pour quatre personnes. «C'est le cas de toutes les grandes capitales, affirme Rachel Tabellion, directrice France de HomeToGo. Elles attirent toute l'année mais la reprise du tourisme d'affaires fait grimper la fréquentation à la rentrée.»

Le tourisme d'affaires représente quelque 40% de l'activité, selon l'office du tourisme de Paris. Le mois d'août a donc «beau correspondre à un pic de fréquentation du tourisme de loisir, il n'arrive pas à résorber le manque du tourisme d'affaires», explique Thomas Deschamps, responsable de l'observatoire économique du tourisme parisien.

Les deux mois d'été ne sont toutefois pas la plus basse saison à Paris. C'est pendant les mois de janvier et février que se loger dans la capitale devient le moins cher car il y a moins de tourisme d'affaires et de loisir. Cela se traduit dans les chiffres. En 2014, 2,2 millions de touristes ont fréquenté la capitale en janvier-février, 2,6 millions en juillet-août et près de 3 millions en septembre-octobre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cbphil le mardi 1 sept 2015 à 10:05

    La notion de "Nord Ouest" de la France du rédacteur est assez.... "atypique" ;-)