Orlando : Trump, les républicains et les LGBT

le
0
Memorial improvisé devant l'hôpital d'Orlando où plusieurs victimes du Pulse sont soignées depuis le 13 juin. 
Memorial improvisé devant l'hôpital d'Orlando où plusieurs victimes du Pulse sont soignées depuis le 13 juin. 

Il n'a fallu que quelques heures pour que l'effroyable tuerie qui s'est produite dans un night-club gay d'Orlando, en Floride, ne donne lieu à des récupérations politiques. Les républicains américains, Donald Trump en tête, fustigent le manque de leadership et de fermeté des démocrates, en politique intérieure et extérieure.

Récupération sans surprise

Ce message se situe dans la lignée du storytelling du candidat républicain : au contraire de celui adressé au peuple américain par Barack Obama depuis la Maison-Blanche ou Hillary Clinton sur les réseaux sociaux, il vise à diviser plutôt qu'à unir l'Amérique. Plus : Trump n'hésite pas à écrire dans un tweet que « ce n'est que le début » et qu'il faut « appliquer l'interdiction » (de laisser les musulmans entrer sur le territoire des États-Unis). Sauf que cette interdiction, si elle était en vigueur aujourd'hui, n'aurait rien changé vu le profil du tueur présumé, un citoyen américain né aux États-Unis.

Entre les lignes, le message de Trump est donc toujours le même. Il voit dans le massacre perpétré samedi soir la confirmation de son raisonnement, qui tient en trois points : premièrement, l'islam est l'ennemi intérieur de l'Amérique ; deuxièmement, le « politiquement correct » a laissé toute latitude au développement de l'islamisme sur le sol américain (pour le milliardaire de l'immobilier, islam et islamisme sont quasi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant