Opodo, Go Voyages...: l'État sanctionne les mensonges des comparateurs de vols

le , mis à jour le
2

VIDÉO - Après une année d'enquête, la répression des fraudes a adressé 9 PV à l'encontre des agences de voyage en ligne, comme Opodo, Go Voyages ou encore eDreams.fr. Ils sont accusés de «pratiques commerciales trompeuses». Certains contestent ces accusations.

«Pratiques commerciales trompeuse», tromperie du consommateur…les combines des agences de voyage en ligne sont dans le collimateur du gouvernement. Depuis un an, la répression des fraudes passe au crible toutes les offres et annonces de près de 20 sites de comparateurs de vols. Le résultat de cette enquête est sans appel: plus de la moitié ont commis des infractions graves et 9 PV ont été adressés, indique Le Parisien.

«Ces sites devraient être sanctionnés lourdement, parmi lesquels Opodo, Go Voyages, Easyvoyage ou encore eDreams.fr», ajoute de son côté Europe 1. La DGCCRF (Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes) va dévoiler dans la journée le montant et la nature des sanctions. Elles peuvent aller jusqu'à deux ans de prison et 300.000 euros d'amende. D'ores et déjà, cinq cas de fraudes ont déjà été reconnus et ont donné lieu à des amendes entre 100.000 et 150.000 euros.

En cause, l'écart entre les offres de voyages alléchantes affichées sur les sites des comparateurs de prix et les offres effectivement proposées. L'institution chargée de lutter contre les entourloupes faites aux consommateurs dénonce ainsi des prix qui n'ont plus rien à voir entre la promotion affichée, l'offre trouvée par le voyageur puis le moment de payer. Une quantité de surcoûts viennent s'ajouter comme les frais de dossier, d'assurance, de traitement et autres charges… Ils gonflent les prix et rendent les comparaisons impossibles.

La liste «entorses au Code de la consommation» est longue

Mais ce n'est pas tout. Les sites sont également accusés de ne pas transmettre suffisamment d'informations sur les prix, les conditions de transports des bagages ou les surcoûts appliqués… Or certains frais annexes sont obligatoires et d'autres non.

«La liste ‘entorses au Code de la consommation' est longue», souligne Le Parisien. «Certains comparateurs de prix ne sont pas fiables. Ils font des erreurs plus ou moins graves mais certaines relèvent bien de la tromperie», dénonce en outre sur Europe1 Carole Delga, secrétaire d'Etat chargée de la Consommation.

Mais, Jean-Pierre Nadir, patron d'Easyvoyage, site de comparateur de billets d'avion, affirme ne pas comprendre les accusations de la DGCCRF. «Je conteste complétement être en fraude. Depuis deux ans, nous sommes très transparents sur les tarifs pratiqués, nous informons sur les prix des billets et le montant des frais prélevés en fonction des types de paiement». Des précisions qui ont d'ailleurs fait perdre un peu de trafic au site, souligne le patron qui milite pour que ses concurrents fassent de même.

Il explique en outre que ce ne sont pas eux mais les compagnies aériennes qui fixent les tarifs des vols et que ces derniers changent en permanence. Ainsi, un prix affiché par un comparateur de prix pourra être différent de celui consulté par un voyageur si la compagnie a changé son prix sur ce laps de temps.

D'autres voyagistes reconnaissent toutefois un décalage entre les premières offres et les prix appliqués, frais compris, mais se défendent là encore en affirmant que ces pratiques sont essentiellement celles des comparateurs à bas prix. «Ce type de pratiques était quasiment généralisé», constate pourtant Carole Delga, secrétaire d'Etat à la Consommation. Et cette dernière compte bien s'assurer que ce secteur s'est conformé à la loi. Elle indique au Parisien que de nouveaux contrôles «seront effectués dans les mois à venir pour vérifier qu'ils se mettent bien en conformité».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7778452 le mercredi 11 fév 2015 à 13:17

    Les informations données par le Figaro sont fausses, en ce qui concerne Easyvoyage que je connais très bien.La DGCCRF n'a aucun reproche de fraudes à faire au seul site de comparaison qui affiche de manière exhaustive les différents frais liées au bagages ou aux différentes cartes de paiement utilisées.Attendons de voir quelles sanctions ont été prises et envers quels sites pour rétablir un peu de vérité !

  • M7517294 le mercredi 11 fév 2015 à 10:50

    Et si on avait un comparateur des salaires des ministres. On pourrait choisir les moins chers.