On a testé le drone aile volante de Parrot

le
0
Henri Seydoux, le fondateur de Parrot, et le tout nouveau Disco, le drone en forme d'aile volante.
Henri Seydoux, le fondateur de Parrot, et le tout nouveau Disco, le drone en forme d'aile volante.

Le rêve de Peter Pan est enfin à votre portée : pouvoir voler, savoir ce que l'on voit de là-haut sans pour autant avoir besoin de passer un brevet de pilote. À l'occasion du lancement de son étonnante aile volante, Parrot, le pionnier français des drones, nous a permis de tester son Disco en avant-première. Bluffant !

Un drone en forme d'aile volante ? C'est une première, aux antipodes en termes de fonctionnement et d'ergonomie des quadricoptères auxquels nous sommes habitués, tel le BeBop. D'où vient l'idée ? D'une autre société possédée par Parrot et concevant des drones à usage professionnel. Pesant seulement 700 grammes, il est conçu en polypropylène expansé, à la fois léger et solide, et ses ailes se détachent facilement du corps même du drone pour éviter toute rupture en cas de collisions (inévitables !). La dimension très réduite de la partie technique du drone étonne : la taille d'une grosse boîte d'allumettes pour intégrer commandes et moteur, les ailettes de l'hélice pouvant également se replier à l'atterrissage. Astucieux : sur le dessus du drone, la sonde pitot, permettant au drone de mesurer la vitesse de l'air, sert aussi de bouton marche-arrêt. Et cette bestiole high-tech est bardée de capteurs, entre gyroscope, baromètre, GPS, accéléromètre et magnétomètre.

Décollage...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant