Offre d'emploi : recherche coupeur de têtes en Arabie saoudite

le
0
Photo d'illustration. La garde royale saoudienne brandit ses sabres, emblème du royaume, à l'occasion de la visite à Riyad de François Hollande.
Photo d'illustration. La garde royale saoudienne brandit ses sabres, emblème du royaume, à l'occasion de la visite à Riyad de François Hollande.

François Hollande en a fait le meilleur allié de la France au Moyen-Orient. Et l'Arabie saoudite le lui rend bien, avec la promesse de "dizaines de milliards" d'euros de contrats à la clé. Critiqué pour cette alliance contre nature entre le "pays des Lumières" et le royaume sunnite ultraconservateur, le président français a rappelé, lors de son séjour la semaine dernière à Riyad, que la France militait pour l'abolition pour la peine de mort "partout dans le monde". Une façon pour le moins timide de tancer l'effroyable bilan du royaume Saoud en la matière. Depuis le début de l'année 2015, l'Arabie saoudite a exécuté au moins 85 personnes, soit presque autant que sur toute l'année 2014 (88), ce qui place la pétromonarchie au troisième rang mondial, derrière la Chine et l'Iran. Si la majorité des cas concernent des meurtres, au moins 38 personnes ont été exécutées pour trafic de drogue, souligne l'ONG Human Rights Watch. Poste de "fonctionnaire religieux"Pour répondre à cette spectaculaire hausse, le royaume vient de publier une annonce pour le recrutement de huit nouveaux bourreaux, relève l'agence de presse Reuters. Intitulé "fonctionnaire religieux", le poste ne requiert aucune qualification spécifique, si ce n'est "exécuter les peines de mort", mais aussi les amputations et les coups de fouet pour les personnes condamnées à des peines "moins graves", décrit l'annonce publiée sur le site de recrutement du ministère de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant