Ofer, la prison israelienne qui pourrait inspirer la France...

le
0
Image d'illustration. Intérieur de la prison de Nimes, le 8 aout 2016.
Image d'illustration. Intérieur de la prison de Nimes, le 8 aout 2016.

Il l'avait annoncé et il l'a fait. Georges Fenech a profité de ses 48h en Israël - il était l'invité de la conférence sur le contre-terrorisme organisée au centre universitaire d'Herzlia - pour se rendre à la Prison israélienne d'Ofer. Son objectif : étudier la procédure de détention administrative dont Les Républicains prônent l'adoption par la France, malgré la controverse qu'elle suscite dans de nombreux pays et pas seulement en Europe. La visite a eu lieu jeudi dans la matinée. Selon le quotidien en langue anglaise, The Jerusalem Post, le député LR a aussi assisté à une audience du tribunal militaire, situé dans l'enceinte de la prison, et rencontré son président, le colonel Netanel Benishou. On n'en sait pas plus. Le porte-parole de l'armée s'est refusé à tout commentaire. Quant à l'ambassade de France à Tel-Aviv, elle a tenu à souligner qu'elle n'était en rien impliquée dans l'organisation de cette visite effectuée par George Fenech en sa qualité de parlementaire français.

Héritée des lois d'exceptions promulguées par l'occupant britannique avant la création d'Israël, la détention administrative permet de maintenir un individu derrière les barreaux, sans mise en accusation et sans procès.

Une détention néanmoins controlé par le juge

En Cisjordanie les choses se passent de la façon suivante : sur la base du décret militaire 1651, le général...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant