Numérique à l'école : quand un sénateur change d'avis...

le , mis à jour le
0
Jacques Grosperrin, membre du parti Les Républicains, veut interdire les tablettes à l'école après en avoir réclamé.
Jacques Grosperrin, membre du parti Les Républicains, veut interdire les tablettes à l'école après en avoir réclamé.

Il avait promis des tablettes en primaire. Le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin, membre du parti Les Républicains, fait volte-face puisqu'il demande désormais leur interdiction, révèle le site d'actualités high-tech NextInpact.

Il vient de présenter un rapport sur l'école dans lequel il pointe du doigt « l'envahissement du numérique à l'école ». Dans ledit document, les tablettes et smartphones sont assimilés à de la « paresse intellectuelle ». Le rapport propose ainsi d'interdire ces objets à l'école où les professeurs « peinent de plus en plus à transmettre les valeurs de la République ».

« Plan d'équipement des élèves en tablettes »

Étonnant quand on sait que Jacques Grosperrin prônait le contraire il y a encore un an. En effet, NextInpact a retrouvé un tract de sa campagne municipale datant de début 2014. Le candidat souhaitait alors « moderniser l'éducation ». Parmi ses promesses : équiper les écoles « d'outils numériques » tout en mettant en place un « plan d'équipement des élèves en tablettes ». Comme l'a également repéré le site high-tech, Jacques Grosperrin avait même parlé de « notre éducation qui a trop tardé à adopter ces outils numériques, et ce n'est pas bon pour l'avenir de nos enfants », sur le site Ask.fm.

Cette volte-face est-elle une réaction à la proposition de François Hollande de donner une tablette à chaque élève de cinquième à partir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant